Réduction du risque requins, la Région Réunion propose quatre projets et une aide financière aux communes...

environnement
Le risque requin : requin (image de synthèse)
Projet de barrière électromagnétique proposé par la société belge "Aquatek Technology". ©DR
Quatre projets ont été retenus par le Comité Réunionnais de Réduction du Risque Requins. La région Réunion les propose désormais aux communes concernées avec une aide financière de 250 000 euros.
La Région Réunion a présenté quatre projets retenus dans le cadre de la gestion du risque requins. Ces projets, validés par la pyramide inversée mais aussi par l'Etat, viennent d'être proposés aux communes concernées : Saint-Benoît, Saint-Joseph, Saint-Pierre, Saint-Leu et Saint-Paul.
Selon, Fabienne Couapel-Sauret, vice-présidente de la Région, il appartient désormais à ces communes d'accepter ou non ces dispositifs. La collectivité régionale y consacrera une enveloppe budgétaire de 250 000 euros en attendant des financements européens. 

Trois des projets sont proposés par des sociétés réunionnaises, le quatrième projet est belge :
  • La société belge Aquatek Technoloy propose une barrière électromagnétique. Il permettrait de maintenir les requins éloignés d'une zone préalablement définie comme un spot de surf. Ce système est le plus onéreux : entre 1500 et 3000 euros le mètre linéaire.
  • Un premier système de surveillance aérienne est proposé par Air Shark Potter. Il s'agit d'une vidéo-surveillance aérienne par ballon hélium qui détecte la présence de requin. La profondeur d'action est évaluée à 10 mètres à condition que la luminosité soit suffisante. Le ballon est disposé au dessus du spot de surf à environ 100 mètres d'altitude. Coût du projet : 20 000 euros.
  • Un deuxième projet de vidéo-surveillance porté par la société Réunion Spotter permet la détection, jusqu'à 25 mètres de profondeur, de toutes les espèces dangereuses pour l'homme en conditions de turbidité et météorologiques optimales. Coût estimé : 130 000 euros. Un suivi GPS permettrait également de réduire sensiblement le temps d'intervention des secours en mer. 
  • Enfin un projet de géolocalisation acoustique en temps réels des requins marqués (plus de 80 squales le sont déjà) est proposé par Click Research pour environ 70 000 euros.

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live