réunion
info locale

La cigarette électronique "potentiellement cancérogène" selon la revue 60 millions de consommateurs

santé
Cigarette électronique
©Réunion 1ère
La revue 60 Millions de consommateurs l'affirme dans sa prochaine édition, les cigarettes électroniques "ne sont pas aussi inoffensives" que le disent leurs fabricants et "peuvent émettre des composés potentiellement cancérogènes".
Elles ne sont pas si inoffensives que cela...les cigarettes électroniques sont mises à l'index dans le prochain numéro de la revue 60 Millions de consommateurs. Selon l'étude réalisée, les vapeurs émises par certaines cigarettes électroniques contiennent des molécules cancérogènes. Le magazine a ainsi testé une dizaine de modèles, jetables ou rechargeables. 

En premier lieu, 60 Millions de consommateurs dénonce les anomalies d'étiquetage et affirme que la dose annoncée de nicotine des recharges liquides est minimisée. Certains fabricants oublieraient également de signaler la présence de propylène glycol dans leur produit. 
Selon un procédé inédit utilisé pour mener son enquête, la revue affirme aussi avoir décelé des "molécules cancérogènes en quantité significative" dans les vapeurs émises par les e-cigarettes. Selon les résultats des analyses effectuées, ces e-cigarettes auraient, dans trois cas sur dix, les mêmes teneurs en formaldéhyde (couramment dénommé formol) que les cigarettes conventionnelles.

En mars 2013, la ministre de la santé, Marysol Touraine, avait demandé une enquête à ses services sur les effets de la cigarette électronique dont les ventes ont explosé au cours des derniers mois. En France, plus d'un million de consommateurs seraient désormais des adeptes des e-cigarettes. Déjà en 2011, l'Agence française de sécurité sanitaire et des produits de santé avait, par prudence, recommandé de ne pas consommer de cigarettes électroniques.

Pour la revue 60 Millions de consommateurs, "les résultats de cette étude invitent, a minima, à un contrôle plus strict de ces produits qui font fureur". Le magazine a en conséquence alerté la direction générale de la santé (DGS) et la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). 
Publicité