réunion
info locale

Le sort du médecin possesseur d’images pédopornographique devant le conseil de l’ordre

justice
Tribunal administratif Saint-Denis
©Réunion 1ère
Il aura fallu trois ans à l’ordre des médecins pour étudier la compatibilité entre l’exercice de cette profession et la possession d’images à caractères pédopornographiques. Condamné par la justice, le généraliste continue à exercer.
En 2010, une remplaçante médicale découvre une banque d’images pédopornographiques sur l’ordinateur d’un médecin généraliste installé à la Ravine-des-Cabris. Choquée, elle alerte la justice qui condamne le praticien à de la prison avec sursis, un an plus tard.
Malgré la décision du tribunal correctionnel de Saint-Pierre, le docteur en question continuait à exercer librement.
Quelques mois plus tard, une centaine de ses confrères avaient signé une pétition pour dénoncer, l’inertie de l’ordre des médecins. Instance suprême dont le fautif était membre.
 
Suspension temporaire ou définitive
 
Trois ans sont passés et le fameux ordre va enfin, statuer sur cette affaire qui fait désordre. Pour Grégoire Olagnier, médecin à Trois-Bassins, instigateur de la pétition : « il était temps. Les articles de notre ordre ont été bafoués. Il a enfreint les règles élémentaires de notre profession. Nos dirigeants locaux se sont désavoués en ne prenant pas de sanction. Ils ont traîné, une attitude qui avait été condamné par le président National de l’ordre des médecins ».
La justice ordinale se réunie au tribunal administratif. L’accusé sera représenté par son avocat. Il encoure une suspension temporaire ou définitive.   
Publicité