publicité

87 millions de tonnes de produits dangereux ou polluants transitent dans les eaux de La Réunion

La Réunion accueille jusqu'au 26 septembre la 16ème session annuelle du comité du "Mémorandum d’entente de l’océan Indien". Cet accord entre administrations maritimes vise à faire respecter les réglementations internationales maritimes en assurant des contrôles de navires.

Fin juin 2013, le porte-conteneurs japonais MOL Comfort sombrait à 750 km des côtes indiennes avec 1700 conteneurs et 1500 tonnes de fioul... © DR
© DR Fin juin 2013, le porte-conteneurs japonais MOL Comfort sombrait à 750 km des côtes indiennes avec 1700 conteneurs et 1500 tonnes de fioul...
  • Par Erwann Ponnet
  • Publié le , mis à jour le
En 2012, 5 051 inspections de navires ont été réalisées dans l'Océan Indien. Ces inspections ont entraîné la détention de 433 navires qui ne respectaient pas les règles du trafic maritime international. 

Sécurité des navires, prévention de la pollution, conditions de vie et de travail à bord...l'objectif du "Mémorandum d
’entente pour le contrôle par l’État du port" est de réduire, voire de bannir, les infractions. Plus d'une douzaine d'Etats(*) participent, depuis ce lundi, à ce 16ème séminaire dont l'ordre du jour porte sur : 

  • l’intégration des nouvelles conventions internationales parmi les outils du Memorandum auxquels les inspecteurs de la sécurité des navires se réfèrent et particulièrement la convention du travail maritime ;
  • la prise en compte de la qualité des sociétés de classification et des administrations des États du pavillon, pour le calcul de l’indice de ciblage des navires ;
  • la publication via le site Internet du Memorandum, de la liste des navires immobilisés dans les ports des pays membres ;
  • la définition des orientations stratégiques, objet du plan quinquennal 2013- 018.
Le Mémorandum d'entente de l'Océan Indien a été créé en 1999 et la France y a adhéré un an plus tard. Chaque année, ce sont près de 87 millions de tonnes de marchandises dangereuses ou polluantes qui transitent aux abords des eaux de La Réunion.  20% du trafic maritime dans cette zone est effectivement assuré par des navires pétroliers, gaziers ou chimiquiers.

Les différentes délégations sur le barachois © Direction de la mer Sud Océan Indien
© Direction de la mer Sud Océan Indien Les différentes délégations sur le barachois


(*) : La France, l'Australie, l’Inde, l’Iran, Le Kenya, de l’île Maurice, le Qatar, l’Afrique du Sud, le Soudan, la Tanzanie, le Yemen, Madagascar en qualité d’observateur et les Memoranda d’entente de la Mer noire et d’Abuja (Nigeria)

La France s’apprête cette année à intégrer pleinement le Mémorandum d'entente pour le contrôle par l'Etat du port des Caraïbes.
C’est en 1982 qu’a été signé le premier Memorandum. Six administrations maritimes ont pris alors l’engagement réciproque de conduire un pourcentage minimal d’inspections de navires qui escalent dans leurs ports et de s’assurer du respect de diverses conventions internationales qui touchent à la sécurité des navires, à la prévention de la pollution en mer, à la sûreté et aux conditions de vie et de travail à bord des navires.

Cette initiative a été fructueuse, puisque aujourd’hui 9 accords similaires ont été adoptés au plan mondial, et l’ONU, par le biais de l’Organisation maritime internationale en structure le réseau. Au plan européen, une directive rend contraignant l’effectivité de son application.

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play