Des traces de cannabis dans les eaux usées de Saint-Pierre

société
Saisie record de zamal à Saint-Louis
Tous les ans, gendarmes et policiers saisissent des centaines de kilos de cannabis (zamal à La Réunion). Le chanvre rencontre, localement, des conditions favorables à son développement. ©S. Person
Des traces de drogues circulent dans les eaux usées des grandes villes. Les chercheurs du CNRS ont étudiés les rejets traités de 25 communes françaises dont Saint-Pierre. Dans le sud, le zamal s’écoule dans les égouts.
La Réunion et plus particulièrement la ville de Saint-Pierre ont été choisies par les chercheurs du CNRS (Centre national de recherche scientifique) dans le cadre d’une étude nationale sur les traces de drogues potentiellement visibles dans les eaux usées.
Sur Franceinfo Yves Levi, l’un des auteurs de ce document explique : " la drogue se dégrade dans le corps mais ne disparait pas totalement quand elle est évacuée ". Les chercheurs se sont donc appuyés sur 17 marqueurs identifiables contenus dans les stupéfiants : méthamphétamine, méthadone, buprénorphine, méthabolite, amphétamine et THC-COOH.
Détecter ces molécules dans les eaux usées est important pour préserver les nappes d’eau potable afin d’éviter qu’elles s’infiltrent dans le sol et donc reviennent aux robinets.
 
Du zamal dans les égouts
 
A Saint-Pierre, sans surprise, des nanogrammes de THC signalent la consommation de zamal. Des relevés qui situent cette commune au même niveau que des villes comme Lorient, Pau ou Rouen. En revanche, la bonne nouvelle est que les chercheurs n’ont pas trouvés d’autres signaux indiquant la présence d’autres drogues dans les eaux usées de la sous-préfecture du sud :  cocaïne, héroïne ou métamphétamines néants.
Si pour l’île de La Réunion les conclusions de cette étude sont rassurantes, elles font grincer les dents des maires de Lille et de Montpellier. Ces deux mégalopoles métropolitaines arrivent largement en tête. Les eaux usées de la cité du nord contiennent plus de traces de produits stupéfiants qu’Amsterdam.
Selon Yves Levi, les conclusions de ces recherches doivent permettre de mieux orienter la lutte contre les addictions : " Il s’agit surtout de proposer un nouvel outil pour permettre aux acteurs nationaux et locaux de mieux cibler les actions de prévention ".

Drogue.pdf by run1ere


 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live