publicité

Coups de sabre à Saint-Philippe : trois suspects mis en examen pour tentative d’assassinat

Les agresseurs d’un cadre de la mairie de Saint-Philippe, vendredi, dorment en prison depuis dimanche. Ils ont été mis en examen pour tentative d’assassinat. Ils justifient ce passage à l’acte par une affaire de viol faisant l’objet d’un non-lieu.

© Réunion 1ère
© Réunion 1ère
  • Par Fabrice Floch
  • Publié le
Vendredi en fin de matinée, deux hommes et une femme se présentent dans les locaux des services techniques de la mairie de Saint-Philippe. Ils veulent parler avec Dominique Colette, le directeur adjoint. Le ton des visiteurs n’est pas amical et cette agressivité explose quand, la cible passe par hasard à proximité de l’accueil. Sans hésiter, Alain Lebon se jette sur l’employé communal et le frappe avec son sabre. Par chance pour la victime, les locaux de la police municipale et la caserne des sapeurs-pompiers de la ville jouxtent les bureaux communaux.
 
La victime gravement blessée
 
Des policiers de Saint-Philippe s’interposent et parviennent à repousser les assaillants, alors que les secouristes prodiguent immédiatement les premiers soins au quinquagénaire. Touché aux bras et au thorax, Dominique Colette est évacué dans un état grave à l’hôpital de Terre-Sainte où les chirurgiens décident de l’opérer dès vendredi après-midi.
L’auteur des coups de sabre, Alain Lebon, son ex-compagne et son ancien beau-frère ont été interpellés sans difficulté par les gendarmes.
 
Une expertise psychiatrique urgente
 
Placé en garde à vue, ils ont reconnu les faits et auraient justifié cette vengeance par une sombre affaire de viol datant de 15 ans et dont l’ex-compagne du sabreur aurait été victime. L'Affaire a fait l’objet d’un non lieu et a été classée depuis longtemps par la justice. Tous ont été mis en examen pour tentative d’assassinat. Une expertise psychiatrique d’Alain Lebon a été demandée par le juge de Saint-Pierre. L’homme avait déjà agressé sauvagement Dominique Colette, avec une barre de fer, il y a plusieurs années. Les experts avaient estimé, alors, qu’il devait être hospitalisé dans un établissement spécialisé. En attendant, Alain Lebon et ses deux complices ont été incarcérés. Ils devraient être jugés par la cour d’assises de La Réunion. 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play