Assises : Le docteur Roche sera fixé sur son sort en fin de journée

justice
Hall cour d'appel
©Réunion 1ère
La troisième et dernière journée du procès pour viol et agression sexuelle du docteur Roche a débuté ce lundi. Il y a un an, l’ophtalmologue avait été condamné à 8 ans de prison. La peine pourrait être confirmée et même alourdie, à l’issu de ce second passage devant la justice.
Jean-Joseph Roche a vécu un jeudi noir, l’ophtalmologue, accusé de viols et d’agressions sexuelles sur mineur de 15 ans par quatre patientes mahoraises, a été mis en cause par son ex-épouse. L’ancienne compagne, également jugée pour détournement de mineur, a révélé les penchants pervers de son co-accusé.
Après trois jours de repos pour cause de 1er novembre, l’audience des assises a repris par l’audition des anciennes collègues du praticien à l’hôpital de Mayotte où le docteur Roche a exercé de 1997 à 2001.
Interrogées par visioconférence, elles n’ont pas confirmé leurs accusations. Elles se souviennent, mais pas précisément. Les préservatifs dans la poubelle du laboratoire, oui mais non…
Ces valses hésitations devraient bénéficier au mis en cause, même si les deux journées précédentes, lui ont été défavorables.
 
Le verdict en fin de journée
 
En début d’après-midi, parties-civiles et avocat général devraient sonner une dernière fois la charge de l’accusation. Si, lors du premier procès, le parquet avait requis l’acquittement, cette fois, le ministère public devrait être moins clément. Les témoignages des victimes et de l’ex-épouse vont peser très lourd au moment du verdict.
Autre point noir pour la défense, l’attitude de l’accusé. Le docteur Roche n’a pas cessé de s’agiter, de couper la parole, de hausser les épaules et parfois même de nier l’évidence.
Le praticien s’est muré dans une position intenable face à des jurés populaires. Ces hommes et ces femmes n’ont que leurs yeux, leurs oreilles et leur ressenti pour juger. Difficile d’avoir une opinion favorable d’un accusé qui se comporte de manière désagréable et sans la moindre inquiétude du lendemain. Le seul souci du docteur Roche pendant ce procès a été d’obtenir une extension de son autorisation de se promener pour assister à une compétition sportive… 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live