réunion
info locale

Le chariot-type à 132 euros contre 102,16 un an plus tôt

consommation
Caddie
©Réunion 1ère
L’observatoire des prix, des marges, et des revenus (OPMR) s'est réuni ce jeudi 12 décembre en préfecture. L'OMR a présenté les chiffres du 28ème relevé du chariot-type.
Le dernier chariot-type s’élève à 132,00 € contre 102,16 € en octobre 2012, soit une hausse de 29,21 %. Sur la même période l’indice des prix INSEE augmente de 1,61 %

La disponibilité des produits...
 
Chariot-type : sur 480 prix relevés, quatre produits sont en rupture totale (soit 0,83 %) contre neuf au relevé précédent. De même 16 ruptures sont constatées sur des produits premiers prix (contre 7 au précédent relevé). 

  • Un chariot-type est composé de 40 produits choisis parmi les produits alimentaires et produits DPH (droguerie, parfumerie, hygiène) les plus consommés à la Réunion). Ce chariot-type constitue un socle de produits permettant d’assurer la comparaison des prix sur le long terme, poursuivant ainsi l’objectif initial assigné à celui-ci.


Panier-type: sur 120 prix relevés, quatre produits sont en rupture (soit 3,33%) contre 2 au relevé précédent. 

  • Un panier-type est composé de 10 produits qui a vocation à évoluer pour éviter l’effet d’accoutumance.

Marché local : une amélioration est à noter, concernant les carottes pays qui sont globalement disponibles (5 indisponibilités). Au total, 7 produits sont absents sur 120 prix relevés (soit 5,83 %, contre 10 % au précédent relevé).
 
 
  • Une liste de 10 produits frais issus de la production locale compose « le marché local ».
 

Les nouveautés du bouclier qualité prix
L’observatoire des prix des marges et des revenus a présenté les derniers ajustements  du deuxième bouclier qualité prix qui fera son apparition dans les supermarchés  à compter du 1er mars 2014.

Parmi les exigences de l’organisme, le prix maximum de la liste de produits qui ne devra pas dépasser les 296 euros pour rester dans l’optique de la lutte contre la vie chère. Mais l’objectif est aussi de tirer les enseignements de la première version du dispositif et assurer l'approvisionnement des rayons.

Concernant la liste Lurel, une centaine de produits de biens de consommation courante restent concernés. Cependant certaines denrées jugées non pertinentes comme les tranches d’épaules cuites ou encore le carry de poitrine de porc devraient disparaitre.

Pour faire  la place à des produits plus demandés,  une ampoule basse consommation par exemple ou encore un panier de fruits et légumes. Là où le bouclier qualité prix entend innover, c’est  sur la  mise à disposition des produits. L’observatoire des prix des marges et des revenus  souhaite tourner la page des rayons vides, et s’assurer d’un approvisionnement constant des étals.

Marie-Christine Tizon recommande aux distributeurs de prévoir un produit de remplacement similaire en cas de rupture de stock. La présidente de l’OMPR  préconise aussi  un meilleur étiquetage des produits ciblés en rayon, voire même la mise en place d’un espace dédié aux produits Lurel dans les grandes surfaces.

Des exhortations qui font froncer des sourcils les distributeurs mais Marie-Christine Tison espère bien faire peser dans la balance la baisse du prix des matières premières recensé par l’INSEE  au cours des derniers mois.

Olivier De Larichaudy
Publicité