publicité

Redécoupage cantonal : 6 élus manifestent leur opposition au projet de décret

Au conseil général, 6 élus des communes rurales décident de rester debout 20 minuntes pour protester contre le projet de redécoupage cantonal. Le département doit rendre un avis aujourd'hui sur le projet de décret délimitant les nouveaux cantons de La Réunion. 

© JM Collienne
© JM Collienne
  • Par Erwann Ponnet
  • Publié le , mis à jour le
L'action est symbolique puisque même l'avis du conseil général sur le projet de redécoupage cantonal est déjà purement consultatif. Cela n'a pas empêché, ce jeudi 12 décembre, six élus de communes rurales de La Réunion de manifester publiquement leur opposition au projet. Bruno Mamindy-Pajany, Stéphane Fouassin (Salazie), Daniel Gonthier (Bras-Panon), Bachil Valy (Entre-Deux), Jean-Claude Lacouture (L'Etang-Salé) et Olivier Rivière (Saint-Philippe) pourraient effectivement faire les frais de cette réforme. 

En lieu et place des 49 cantons, le texte en prévoit 25. Et il y aura dans chaque canton deux conseillers départementaux. 50 élus contre 49 aujourd'hui, pas de quoi a-priori faire la révolution...sauf que dans chaque canton la règle de la parité sera obligatoire. Dans une assemblée qui ne compte, aujourd'hui, que 5 femmes, les hommes devront céder quelques fauteuils. Les élus grincent donc des dents et dénoncent un coup porté à la politique de proximité d'autant qu'au minimum 25 000 habitants sont nécessaires pour former un canton. Les zones rurales sont donc appelées à fusionner. L'Entre-Deux, Cilaos et Saint-Louis 2 formeront par exemple dès 2015 un seul et même canton.

Au cours des débats au palais de la Source, ce jeudi 12 décembre 2013, le préfet de La Réunion doit défendre le texte du gouvernement. Jean-Luc Marx doit tenter de calmer la colère des élus en réaffirmant la meilleure "prise en compte de la réalité des territoires" à l'avenir.

Interrogée sur les affaires affaires qui éclaboussement actuellement le département...que ce soient les mises en examen de quatre conseillers généraux pour discrimination à l'embauche au Foyer de Terre Rouge ou encore les détournements de subventions orchestrés par Abdoullah Pansbhaya, collaborateur de la présidente...Nassimah Dindar garde sa détermination et a demandé au préfet une inspection générale des services.
Conseil Général dans la tourmente
DMCloud:136673
Jean-Marc Colienne - Christian Krans - Valérie Rubis

 


Sur le même thème

publicité
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play