1914-2014 un siècle pour se souvenir du bataillon créole composé de fils d'esclaves

histoire
raphaël confiant
Le romancier martiniquais Raphaël Confiant a redonné vie au "Bataillon créole" de la guerre de 14-18 ©DR
Raphaël Confiant, écrivain antillais a frappé juste en publiant le bataillon créole. Ce livre paru en octobre dernier rend hommage aux Antillais et aux Réunionnais enrôlés dans la guerre de 14/18. 20 000 hommes venus des colonies pour défendre la mère patrie.
Leurs noms fleurissent les monuments aux morts de toutes les communes des départements d’outre-mer. Au mois d’octobre dernier, Raphaël Confiant, romancier antillais rendait hommage à ces hommes tombés pour la France, loin de leurs îles, dans La bataillon créole. Interrogé par nos confrères d’Outremer 1ère, il confiait : « c'était la toute première fois que les soldats martiniquais, guadeloupéens, guyanais et réunionnais combattaient au sein de l'armée française comme soldats à part entière. Avant cela, lors de la guerre du Mexique en 1861 ou encore celle de 1870 déjà contre l'Allemagne, ils n'étaient acceptés que comme volontaires ».
 
Un devoir de mémoire
 
Un hommage à ces oubliés de la grande guerre qui, pour beaucoup, étaient encore des esclaves moins d’un siècle avant de venir au secours de la France. 7000 de ces fantassins regroupés dans le « bataillon créole » vont périr dans les tranchées, de la Marne, de la Somme ou à Verdun. Aujourd’hui, on se souvient de ces créoles qui avaient navigué pendant deux mois pour se jeter dans cette « grande guerre », le 11 novembre lors de cérémonies souvent confidentielles. En 2014, nous « fêtons » les cent ans de ce conflit qui a embrasé le monde pendant quatre ans et dont la seconde guerre mondiale est issue.