réunion
info locale

Carburants outre-mer : des députés « indignés » par le PDG de Total

carburants
Margerie
Christophe de Margerie, PDG de Total, lors de son audition à l'Assemblée nationale ©Capture d'écran AN
Christophe De Margerie, le PDG de Total, continue de provoquer l'irritation des députés. Dix parlementaires d'outre-mer de la majorité ont exprimé ce lundi leur indignation quant à son attitude. Jean-Claude Fruteau et Jean-Jacques Vlody sont signataires.
Lors d'une audition mercredi dernier devant la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, où la question de la régulation des marges des pétroliers dans les départements ultramarins a été évoquée, Christophe de Margerie s'était dit "prêt à accepter une réduction de notre rémunération, mais pas n'importe laquelle".
 
"Si l'acceptation par les compagnies pétrolières d'une baisse de leur marge est donc une excellente nouvelle (...), les députés d'Outre-Mer tiennent à faire part de leur indignation quant au ton employé par le PDG de Total envers (eux) qui (...) a été ressenti comme un réel mépris envers les outre-mer", écrivent neuf députés et un sénateur de Mayotte dans un communiqué commun.
 
« Les menaces de quitter le département de Mayotte, sur fond de défi lancé aux élus locaux, ne sont pas acceptables et attestent de la condescendance du PDG de Total à l'égard des départements d'outre-mer », dénoncent-ils, rappelant que « dans le cadre d'un marché règlementé » il est « plus que légitime » que « la représentation nationale demande des comptes aux opérateurs ».
 
M. de Margerie « a par ailleurs reconnu et assumé le fait que la SARA (raffinerie basée en Martinique et qui approvisionne aussi la Guadeloupe et la Guyane, ndlr) était prête en décembre à annuler un bateau de livraison de brut aux Antilles en signe de protestation contre les projets de décrets du gouvernement, pourtant pris sur le fondement d'une loi de la République (...) votée à l'unanimité », déplorent-ils vivement.
 
En décembre, pétroliers et gérants de stations-service s'étaient mobilisée pour empêcher la publication des décrets sur la régulation des marges dans la filière des carburants. Ils ont toutefois été publiés le 31 décembre.
 
Ces élus « saluent le choix de responsabilité fait par le gouvernement » qui a « su résister à ce chantage inacceptable et affirme plus que jamais sa volonté de faire baisser des marges des compagnies pétrolières au profit du consommateur ultramarin ».
 
Sont signataires trois des 4 parlementaires de Mayotte, les deux députés de Guyane, trois des quatre de Guadeloupe ainsi que deux des sept de La Réunion: Jean-Jacques Vlody et Jean-Claude Fruteau, par ailleurs président de la Délégation aux Outre-mer.

Publicité