réunion
info locale

Six parlementaires réunionnais demandent au gouvernement de ne pas céder au "chantage de la filière carburant".

carburants
pompes a essence jbabel
©J.Babel
Le texte a été signé au total par 24 parlementaires d'outre-mer. Selon eux, après un mois de janvier consacré à des réunions, ce sont les gérants de stations qui ont quitté la table des négociations. Ils appellent le gouvernement à ne pas céder.
Ericka Bareigts, Monique Orphée, Patrick Lebreton, Jean-Claude Fruteau, et Jean-Jacques Vlody, et le sénateur Michel Vergoz font partie des 24 signataires.
 
Ils appellent le gouvernement à ne pas céder au nouveau chantage de la filière carburant, alors que les gérants de stations-service ont décidé d'une fermeture illimitée à partir de mercredi soir.
 
Les 18 députés et 6 sénateurs, signataires d'un communiqué commun, appellent fermement le gouvernement à ne pas céder à ce chantage organisé par quelques compagnies pétrolières dont le bénéfice annuel net avoisine les 40 millions d'euros dans l'océan Indien et 33 M EUR aux Antilles-Guyane dans une filière qui dégage dans son ensemble près de 100 millions d'euros de profits.
 
L'intersyndicale des gérants des stations-service des départements d'outre-mer a appelé mardi à une fermeture illimitée à partir de mercredi minuit après avoir claqué la porte d'une réunion à Bercy, provoquant une ruée des automobilistes vers les pompes dans les DOM.
 
Les gérants entendent ainsi peser sur leurs négociations avec le gouvernement concernant les arrêtés de méthode des décrets de régulation des carburants, destinés à réduire les marges jugées trop élevées réalisées par les compagnies pétrolières.
 
Ces dernières menacent les gérants de retrouver à leurs dépens les marges qui leur seraient rognées en amont. Employeurs d'environ 3.600 pompistes, ces gérants craignent de devoir licencier ou de perdre leur contrat de gérance.
 
Les gérants doivent cesser de se laisser manipuler par les compagnies pétrolières qui les utilisent pour défendre leur seule rente de situation Outre-mer au détriment du consommateur et des économies ultramarines, plaident les parlementaires, essentiellement des DOM, concernés par la grève, et surtout de gauche mais aussi de l'UDI.
 
Enfin ces élus rappellent aux futurs grévistes que leur marge nette, ainsi que celle des grossistes, n'est pas impactée par la réforme: seule la marge des compagnies pétrolières est concernée par celle-ci afin d'aboutir à une baisse du prix à la pompe.
 
Les signataires

M. Ibrahim ABOUBACAR, député de Mayotte
M. Bruno Nestor AZEROT, député de Martinique
Mme Ericka BAREIGTS, députée de la Réunion
Mme Chantal BERTHELOT, députée de Guyane
M. Jacques CORNANO, sénateur de Guadeloupe
Mme Karine CLAIREAUX, sénatrice de Saint-Pierre-et-Miquelon
M. Félix DESPLAN, sénateur de Guadeloupe
M. Edouard FRITCH, député de Polynésie Française
M. Jean-Claude FRUTEAU, député de la Réunion, président de la délégation aux Outre-mer
M. Jacques GILLOT, sénateur de Guadeloupe
Mme Annick GIRARDIN, députée de Saint-Pierre-et-Miquelon
M. Eric JALTON, député de Guadeloupe
M. Patrick LEBRETON, député de la Réunion
Mme Gabrielle LOUIS-CARABIN, députée de Guadeloupe
Mme Monique ORPHE, députée de la Réunion
M. Georges PATIENT, sénateur de Guyane, président de l’Intergroupe parlementaire des Outre-mer
M. Napolé POLUTELE, député de Wallis-et-Futuna
M. Boinali SAÏD, député de Mayotte
M. Gabriel SERVILLE, député de Guyane
Mme Hélène VAINQUEUR-CHRISTOPHE, députée de Guadeloupe
M. Jonas TAHUAITU, député de Polynésie Française
M. Jean-Paul TUAIVA, député de Polynésie Française
M. Michel VERGOZ, sénateur de la Réunion
M. Jean-Jacques VLODY, député de la Réunion
Publicité