Première mondiale : un stimulateur électrique permet à des personnes paralysées de bouger

santé
Paralysés
©D.R
C’est la découverte du siècle pour tous les paralysés des jambes dont la colonne vertébrale a été endommagée lors d'un accident. Quatre patients américains viennent de retrouver une partie de leur mobilité grâce à un dispositif électrique. 
Pour l’instant, quatre personnes, seulement, sont parvenues à commander leurs jambes « paralysées » et à effectuer des mouvements désirés. C’est peu, mais c’est également beaucoup d’espoir pour tous les paralysés des membres inférieurs dont la moelle épinière a été touchée lors d’un accident.
Ces premiers résultats publiés dans la revue américaine Brain sont très encourageants. Les chercheurs de l’université de Louisville dans le Kentucky, épaulés par des collègues de Californie, se sont servis d’un stimulateur électrique initialement prévu pour supprimer les douleurs du dos. Le RestoreAdvanced est un neurostimulateur. Il est de la taille d’un chronomètre. les médecins l'implantent sous la peau de l'abdomen et l'appareil délivre, sur commande, des impulsions électriques : « Dans l’espace épidural » explique les scientifiques.    
 
Un espoir formidable
 
Cette découverte essentielle pour des millions de personnes à travers le monde est due, en partie, au hasard. Il y cinq ans, un homme qui a perdu l’usage de ses jambes, se lève et parvient à tenir debout sans l’aide des infirmiers pendant 4 minutes grâce à cet appareil.
Les chercheurs ne sautent pas au plafond et attendent une confirmation. Elle est intervenue l’an dernier. Quatre hommes qui avaient perdu l’usage de leurs jambes sont ont à effectué des mouvements grâce à cette stimulation électrique. Certes, ils ne peuvent pas encore marcher, mais ils sont à nouveau maître de leurs jambes.
Dans Science et Avenir, Susan Hakerma qui conduit ce travail, pour la fondation Reeve et les NIH américains, conclue : "Jusqu’à maintenant les perspectives cliniques pour les individus atteint d’une paralysie étaient qu’on ne pouvait rien faire. Cette percée va nous obliger à revoir notre façon de penser ».