publicité

Crise requin : les clubs de plongée associés à la protection des spots de surf

L’association Protégez nos enfants souhaite que les clubs de plongée de La Réunion s’installent derrière les spots de surf. Les palanquées ont un effet dissuasif sur les requins. La plongée en bouteille est, d’ailleurs, l’unique activité nautique encore autorisée. 

© Photos sous-marines GPP
© Photos sous-marines GPP
  • Par Fabrice Floch
  • Publié le , mis à jour le
Le Groupement des professionnels de plongée (GPP), l’affirme depuis longtemps. Lors de leurs sorties, les scaphandriers ne croisent pas de requins. Déjà en novembre 2013, lors de la présentation du record du monde de la chaine de plongeurs en bouteille la plus longue du monde Grégory Grandière, président de l’association soulignait : « La plongée est l’une des solutions pour sécuriser les sites. Nous sortons quand il y a de la visibilité, nous sommes toujours deux ou trois. Avec nos palmes nous représentons un adversaire imposant pour un requin ».
Cinq mois se sont écoulés depuis que cette phrase a été prononcée. Le record est dans le Guinness Book, la photo des 100 plongeurs se donnant la main sous l’eau, au niveau de la ferme Corail à Saint-Leu, a fait le tour du monde. Comme un boomerang, l’information est revenue sur l’île et offre de nouvelles perspectives pour lutter contre le risque requin.
 
" Notre seule présence repousse les requins "  
 
Saint-Leu, le spot mythique de La Réunion, pourrait être le premier à bénéficier de la présence des professionnels et de leurs clients. L’association Protégez nos enfants (PNE) est à l’origine de ce projet. Yann Delmas, son secrétaire, s’est rendu sur place vendredi pour étudier la mise en place d’un circuit d’excursion sous-marine, juste derrière la célèbre gauche saint-leusienne. Pour rendre cette solution viable, il faut installer un ancrage permanent pour permettre aux bateaux des clubs de plongée de venir. Facile à dire, mais pas simple à, mettre en œuvre. Il faut obtenir une autorisation de d’occupation du domaine public de la part de la Réserve Marine et de l’Etat. Cette solution ne vient pas en remplacement des vigies requin. Les professionnels de la plongée sont très clairs sur le sujet : « Notre seule présence repousse les squales. Nous sommes disposés à rembourser nos clients s’ils voient un requin lors d’un baptême », c’est dire ! 

Reportage Henry-Claude Elma
RISQUE-REQUIN
ELMA

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play