publicité

La coupe du monde de football au Brésil menacée par la dengue

La fête du ballon rond est menacée par la dengue. Une étude réalisée par des chercheurs brésiliens, espagnols et américains révèle qu’une épidémie de dengue menace la coupe du monde. Le pic maximum du risque sera atteint au moment de la compétition.

A gauche l'aedes aegypti responsable de la dengue au Brésil et à droite l'aedes albopictus, responsable de la dengue et du chikungunya à La Réunion. © D.R
© D.R A gauche l'aedes aegypti responsable de la dengue au Brésil et à droite l'aedes albopictus, responsable de la dengue et du chikungunya à La Réunion.
  • Par Fabrice Floch
  • Publié le , mis à jour le
La coupe du monde de football, évènement planétaire à vivre en direct sur Réunion 1ère, se déroulera au Brésil du 12 Juin au 13 Juillet 2014.
Des experts en maladies infectieuses viennent d’alerter les organisateurs de la coupe du monde de football du risque d’une épidémie de dengue. Le rapport rendu ce samedi 17 Mai 2014 est alarmant. Trois villes (Rio-de-Janeiro, Belo-Horizonte et Salvador où la France doit jouer) sont visées par les spécialistes. Les chercheurs espèrent que les autorités de ces cités vont prendre des mesures pour éviter la prolifération des moustiques et ainsi contenir le risque élevé d’épidémie.

Le docteur Rachel Lowe de l’institut catalan des sciences du climat de Barcelone, interrogé par Sciences et Avenir, prévient de : « La possibilité d'une grosse épidémie de dengue pendant la Coupe du monde, capable d'infecter les visiteurs et de se propager dans leurs pays d'origine, dépend d'une combinaison de nombreux facteurs, incluant le nombre élevé des moustiques, la susceptibilité de la population et un taux élevé de contacts homme-moustique ».
 
Pas de vaccin, ni de médicaments
 
La dengue est une maladie bien connue à La Réunion. Elle est transmise par la piqûre du moustique femelle aedes aegypti. Les symptômes sont proches d’une grippe sévère et se manifestent au bout de 3 à 14 jours. Il n’existe pas, pour l’instant, pas de traitement, ni de vaccin. Si 80% des victimes n’ont aucun symptôme après l’épisode de fièvre et de toux, 5% développent des pathologies graves et parfois décèdent. Les enfants sont plus vulnérables.
Le Brésil est le pays le plus touché par cette maladie.
Un million de touristes sont attendus au Brésil pour cet évènement. Nombre de ces passionnés du ballon rond vont passer de ville en ville pour suivre leur équipe Nationale. Ils peuvent également rentrer chez eux avec le virus, et ainsi propager l’épidémie dans des régions non encore touchées. Pour se prémunir au maximum des piqûres de moustiques, un seul moyen pour l’instant, les répulsifs et éviter de trop se découvrir, même s’il fait chaud.
 
Des moustiques OGM
 
La menace étant très sérieuse (1,4 millions de cas confirmés et 545 morts), le 10 avril dernier, la Commission technique nationale de biosécurité a autorisé la dissémination dans l’environnement de moustiques stériles. Une manipulation génétique sur ces moustiques rend les œufs des aedes aegypti, inféconds. Cette expérience a porté ses fruits sur les îles Caïmans en 2009 et en Malaisie en 2010. Selon une étude réalisée après la diffusion des moustiques « OGM » la population des aedes aegypti femelles porteuses du virus de la dengue avait diminué de 80%.

Là, cessent les bonnes nouvelles ! Selon un organisme indépendant, 3% des moustiques génétiquement modifiés survivent et si les aedes aegypti disparaissent, ils pourraient être remplacés par les aedes albopictus (présents à La Réunion). Des moustiques qui sont vecteurs de la dengue et du chikungunya.

Une autre méthode de stérilisation est testée en ce moment même à La Réunion par l’IRD (Institut de recherche et de développement). Les chercheurs strérilisent les moustiques mâles par irradiation. 



Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play