réunion
info locale

Cilam : les forces de l’ordre évitent, dans la nuit, un affrontement entre grévistes et éleveurs

social
Cilam : barrage
©Philippe Hoareau
La grève des employés de la Cilam ne fait pas l’unanimité. Dans la nuit de jeudi à vendredi, des éleveurs et des employés de la Sicalait ont tenté de forcer le piquet de grève. Les forces de l’ordre ont dû intervenir vers 2 heures du matin.
Une trentaine d’opposants à la grève des employés de la Cilam ont tenté un coup de force dans la nuit. Ils ont essayé de déloger le piquet de grève (Ndlr :maintenu malgré le jugement demandant aux grévistes de libérer l'entrée) pour s’introduire dans l’usine. Une opération à haut risque qui aurait pu dégénérer sans l’intervention des forces de l’ordre. Vers deux heures du matin, les policiers ont été obligés de séparer les belligérants qui allaient en venir aux mains.
La FDSEA, organisation syndicale agricole avait alerté les autorités sur les intentions de producteurs de lait. Excédés par le blocus, ils voulaient libérer l’entrée de la Cilam pour permettre la reprise des livraisons de lait.
 
Les éleveurs condamnés à traire leurs vaches
 
Cette opération coup de poing ayant échoué, des conducteurs de camions citernes de la Sicalait ont déversé le précieux liquide sur la chaussée.
C’est dans cette ambiance tendue que syndicalistes et direction devaient se retrouver, ce vendredi matin, pour reprendre les négociations. Les discussions concernant l’augmentation des salaires, la réintégration de salariés licenciés et les démissions de trois dirigeants de l’entreprise ne risquent pas d’aboutir facilement.
Pendant ce temps, les éleveurs laitiers de la Plaine-des-Cafres sont obligés de traire leurs vaches quotidiennement s’ils ne veulent pas qu’elles soient atteintes de mammites. Un lait qui sera jeté, s’il n’est pas livré et traité dans un délai raisonnable.