Les deux footballeurs de l’ASC Saint-Etienne hors jeu des stades pendant trois ans

justice
Asc Saint-Etienne
©D.R
Jugés pour avoir agressé un arbitre deux joueurs réunionnais ont été condamnés à 3 ans d’interdiction de stade. Cette peine met fin à leur petite carrière, de petits joueurs du club des hauts de Saint-Louis. Les juges ont assorti cette condamnation de 6 mois de prison avec sursis.
« C’est tellement plus facile d’accuser l’arbitre que d’admettre que l’on a été mauvais », cette phrase prononcée par le procureur de la République, relevée par nos confrères du Quotidien, résume  l’état d’esprit du seul des deux prévenus présent, pour être jugé pour violence volontaire en réunion par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre.
Les faits remontent au 8 Septembre 2014 en soirée. L’USC Saint-Etienne est opposée à la Ravine-Blanche pour le 8ème de finale de la coupe Dominique-Sauger.
La fin du match approche, les deux équipes composées de joueurs amateurs n’ont pas brillé par leur jeu, ni par leur réalisme. Un coup franc intervient à l’ultime minute de la rencontre : but de la Ravine-Blanche.
 
L’arbitre K.O
 
L’arbitre doit faire face à des insultes, des contestations et fini par donner un carton rouge. La tension est à son comble quand le match se termine. L’un des prévenu se rue sur l’arbitre et lui donne un coup de poing derrière la tête, le second accusé frappe l’assesseur venu protéger la victime. Une interruption temporaire de travail de 8 jours est délivrée par son médecin à l’arbitre.
Un an après les faits, les juges, les avocats comme les témoins d l’audience correctionnelle de Saint-Pierre attendaient un mea-culpa de la part des prévenus. Il ont attendu en vain.
 
6 mois de prison avec sursis
 
Le prévenu présent a tenté de justifier son comportement : « C’était un match de coupe. Je n’aime pas perdre ! C’est à cause d’eux (Ndlr : sous entendu les arbitres) que l’on perd les matchs ». D’où cette interrogation du représentant de l’accusation : « si en huitième de finale, il frappe l’arbitre. En finale, il le tue ? ».
Pour lui éviter d’être confronté à une nouvelle défaite footballistique, l’ex-footballeur a été condamné, comme son ex-coéquipier absent, à 6 mois de prison avec sursis et trois ans d’interdiction de stade. Les deux hommes avaient déjà écopé de 10 ans d’interdiction d’enfiler le maillot d’une équipe de foot par la commission de discipline de la LRF (Ligue réunionnaise de football).
Les Outre-mer en continu
Accéder au live