réunion
info locale

Où trouver des roches pour la nouvelle route du Littoral

société
20140904 Roches
©Réunion1ere
Le chantier de la nouvelle route du littoral suit son cours. Mais il arrivera bien un moment où il faudra procéder à l’enrochement pour la construction des digues et des piliers du viaduc en mer.
Pour la construction de la nouvelle route du Littoral il faudra trouver 18 millions de tonnes de roches. Elles ne manquent pas à La Réunion, mais aucune carrière n’a  pour l’instant été formellement désignée pour l’extraction des matériaux.
La Région Réunion doit faire face à de nombreux recours, à une opposition d’une partie de la classe politique, de Thierry Robert à l’Alliance en passant par Jean-Paul Virapoullé... sans compter l’opposition des associations de protection de l’environnement.
La carrière des Lataniers qui avait servi à la construction du port en baie de La Possession, un moment envisagé, ne pourra pas être utilisée pour la nouvelle route du Littoral. Le caractère exceptionnel du site a été reconnu. La ravine des Lataniers abrite une faune et une flore remarquable.

Les transporteurs routiers inquiets

A Saint-Leu, la carrière de Bois Blanc est un des 4 sites répertoriés pour l’extraction de roches. Mais il y aurait à proximité, les vestiges d’une ancienne habitation. Il faudrait avant de commencer le chantier faire des fouilles archéologiques.
Mais surtout, le député-maire de Saint-Leu Thierry Robert n’est pas favorable à l’ouverture d’une carrière sur sa commune, ce serait contraire à l’intérêt de ses administrés. Il l’a dit ce mercredi 3 septembre aux transporteurs de la FNTR, le syndicat des transporteurs routiers.
Ils demandaient au maire de Saint-Leu d’abandonner son recours en justice contre l’autorisation d’exploiter la carrière de Bois Blanc. Thierry Robert a répondu qu’il n’était pas opposé à l’ouverture de carrière ailleurs que sur sa commune.

Les propositions

Pour l’instant, les transporteurs routiers ont l’assurance de pouvoir travailler sur la carrière de Saint-Joseph dans le sud de l’île. Mais elle ne sera pas suffisante pour le chantier de  la nouvelle route du Littoral.
Alors au lieu d’aller chercher les roches au Cap, en Afrique du Sud, solution envisagée, pourquoi ne pas utiliser celles qui encombrent les terres agricoles.
La chambre d’agriculture estime que 15 millions de tonnes occupent inutilement les champs et ne voit que des avantages leur extraction.

En images avec Jean-Marc Seguin.
En interview
  • Teddy Boyer, agriculteur de Grand Fond St Leu
  • Jean Bernard Maratichia ,1er Vice-Pdt Chambre d'Agriculture de La Réunion

 

Publicité