réunion
info locale

Août 2014 : les prix baissent de 0,4 %

consommation
les prix
En août, l’indice des prix à la consommation des ménages diminue de 0,4 %. En un an, les prix baissent légèrement de 0,1 % à La Réunion alors qu’ils augmentent de 0,4 % en France.
Indice des prix à la consommation des ménages (Insee La Réunion-Mayotte)

Au mois d’août 2014, l’indice des prix à la consommation des ménages recule de 0,4 %. Cette diminution s’explique principalement par la baisse des tarifs aériens dans les services. Hors transports aériens, l’indice augmente de 0,1 %. Sur un an, les prix diminuent de 0,1 % à La Réunion alors qu’ils augmentent de 0,4 % en France.

Une baisse en trompe l'oeil
 
Les prix des services baissent de 1,2 % en août. Ce recul est presque exclusivement porté par l’entrée en basse saison des tarifs des transports aériens de voyageurs (- 11,5 %). Les prix des transports et communications diminuent ainsi de 4,8 %.
Les prix des services de santé baissent de 1,2 % et ceux des loyers, eau et ordures ménagères sont stables. En revanche, les prix des autres services augmentent de 0,1 % notamment les services d’éducation (+ 1,9 %), d’héberge-ment (+ 0,6 %) et de réparation de véhicules personnels (+ 0,7 %).
 
Le prix du tabac est stable (0,0 %) en août. Sur un an, il croît de 3,6 % à La Réunion et de 3,5 % en France.
 
Les produits manufacturés augmentent de 0,1 % en août. Les prix de l’habillement et des chaussures augmentent de 0,2 % avec la fin de promotions. Les autres produits manufacturés croissent de 0,1 % sous l’effet de la hausse des prix d’achats des véhicules (+ 0,7 %). Cette augmentation compense largement la baisse des prix des meubles et articles d’ameublement en promotion (- 1,1 %).
 
Les prix de l’alimentation augmentent de 0,2 %, portés par les prix des produits frais (+ 1,6 %). À l’exception des fruits (- 0,4 %), tous les autres produits frais participent à cette
augmentation, notamment les poissons et crustacés (+ 3,6 %) et les légumes (+ 1,9 %).
 
Hors produits frais, les prix de l’alimentation sont stables : la hausse des boissons alcoolisées (+ 0,4 %) et de la volaille (+ 1,1 %) compense la baisse du pain et des céréales (- 0,7 %) et des boissons non alcoolisées (- 0,8 %).
Sur un an, les prix de l’alimentation augmentent de 0,7 % à La Réunion alors qu’ils baissent de 1,5 % en France.
 
Les prix de l’énergie augmentent de 0,3 % en août, conséquence de la hausse des prix des produits pétroliers (+ 0,5 %). Celle du prix du supercarburant (+ 1,3 %) annihile la baisse du prix du gazole (- 0,8 %). La bouteille de gaz augmente de 0,3 %. Sur un an, les prix des produits pétroliers baissent de 3,2 % à La Réunion, pratiquement comme en France (- 3,3 %).
Méthodologie
L'indice des prix est mesuré en base 100 par rapport à 1998. Une valeur de 131 signifie ainsi que les prix ont augmenté de 31 % pour la catégorie concernée entre 1998 et la date de référence.

L’évolution des indices des prix à la consommation est présentée en variation mensuelle (pourcentage d’évolution des indices du mois par rapport au mois précédent) et en glissement annuel. Celui-ci correspond à la variation au cours des 12 derniers mois, qui est calculée en rapportant l’indice du mois à celui du même mois l’année précédente. Ainsi par exemple, l’indice du mois d’août 2014 est rapporté à celui d’août 2013.

Qu’est-ce-que l’indice des prix à la consommation ?
L’indice des prix à la consommation est l’instrument de mesure de l’inflation. Il permet d’estimer, entre deux périodes données, la variation du niveau général des prix des biens et des services proposés aux consommateurs sur le
territoire. C’est une mesure synthétique des évolutions de prix à qualité constante.
La quasi-totalité des biens et des services marchands proposés aux consommateurs font partie du champ de l’indice.

À quoi sert-il ?
Il permet de revaloriser les pensions alimentaires, les loyers d’habitation, les rentes viagères, et d’indexer le Smic et les retraites, ainsi que le taux du livret A ou d’autres produits financiers.
Il permet de suivre mois par mois l’évolution des prix et donc d’apprécier les tendances inflationnistes.