réunion
info locale

Menaces terroristes : la France renforce son niveau de vigilance

sécurité
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, le 19 septembre 2014, lors d'une cérémonie pour les victimes du terrorisme à l'Hôtel des Invalides à Paris. (CITIZENSIDE/YANN KORBI / CITIZENSIDE.COM)
Le ministre de l'Intérieur demande aux préfets d'"élever le niveau de vigilance" face aux menaces terroristes,  notamment vis-à-vis des "édifices sensibles"'.
"La France n'a pas peur" mais elle renforce sa sécurité face aux menaces terroristes. Lors d'une brève allocution lundi 22 septembre dans la cour de l'hôtel Beauvau, Bernard Cazeneuve a pris la parole alors que l'Etat islamique menace la France et les Français dans un message audio repéré par le groupe de surveillance Site. 
 
"La France n'a pas peur parce qu'elle n'entend pas céder au piège des terroristes, a déclaré le ministre de l'Intérieur. La France n'a pas peur, car ce n'est pas la première fois qu'elle est menacée. La France est préparée pour répondre à leurs menaces".
 
"Nous prenons 100% de précaution"
 
Bernard Cazeneuve a qualifié le plan Vigipirate actuellement déployé d'"opérationnel et efficace". Il a rappelé que depuis le 1er janvier plus de 110 interpellations ont eu lieu, que 74 personnes ont été mises en examen et que plusieurs filières de recrutement de groupes terroristes ont été démantelées. "Même si le risque zéro n'existe pas, nous prenons 100% de précaution. Le gouvernement prend toutes les mesures pour assurer la sécurité des Français", a-t-il ajouté.

##fr3r_https_disabled##

 

Selon Le Figaro, le ministre de l'Intérieur a envoyé vendredi 19 septembre à tous les préfet un télégramme pour leur demander de renforcer la sécurité "notamment vis à vis des édifices sensibles". Sont ainsi qualifiés les "bâtiments confessionnels, représentations diplomatiques et consulaires" mais aussi les "lieux symboliques ou à forte fréquentation".
 
Dans un autre message envoyé aux directeurs généraux de la police et de la gendarmerie, ainsi qu'au patron de la Direction générale de la sécurité intérieure, Bernard Cazeneuve demande de "renforcer le renseignement sur ces problématiques" et de surveiller de près les filières de recrutement jihadistes. 
Publicité