L’Eco-cleaner pour transformer ses déchets en compost

environnement
Déchets
©D.R
La Réunion croule sous les déchets ! Le stockage, le traitement, les décharges sauvages sont autant de casses têtes insolubles. Une société réunionnaise commercialise depuis deux ans l’Eco-cleaner. Un appareil qui permet de transformer les déchets organiques en composte.
Ce ne sera pas La solution, mais l’Eco-cleaner se présente comme une piste intéressante pour résoudre en partie le problème du traitement des déchets. Cette machine française digère les déchets organiques (Ndlr : déchets verts et de table sauf le bois) et les transforment en composte. Pour arriver à ce résultat, il lui faut 24 heures et de l’électricité (Ndlr : l’équivalent d’un climatiseur). Marc D’honneur, le représentant du concept à La Réunion, se bat depuis deux ans pour que sa machine soit utilisée dans les restaurants collectifs et privés : « c’est un investissement important, mais il s’amortit au fil des années. Suivant la quantité de déchets produits, le client va pouvoir rentrer dans ses frais au bout deux, trois ou quatre ans. Il diminue sa facture sur la collecte, le transport et le traitement »

Les déchets sont digérés

100 kilos de matière première devient l’équivalent d’une boîte à chaussure de poudre de composte. L’engrais ainsi produit a été analysé. Il contient de l’azote, du phosphore, du potassium et les oligo-éléments indispensables pour enrichir le sol et cultiver. Ce composte peut être exploité, après avoir reposé trois semaines, sur les champs de cannes, mais aussi dans les potagers.
Le secret de la machine réside dans l’utilisation des bactéries. Les inventeurs ont recréé la digestion humaine et animale. Les micros organismes se mettent au travail à dès que la température atteint 65 à 70°C. Rien ne leur résiste !
Le problème de l’odeur a été l’un des principaux soucis à résoudre. Un Filtre à particule, dans lequel sont également installés des micro-organismes, est chargé d’éliminer le « parfum » inévitable lié à la fermentation.
Les hôtels de Maurice et des Seychelles s’intéressent déjà à cet équipement…