réunion
info locale

Une maison toute ronde pour éviter les cyclones

société
Maison Bulle
©D.R
Un Réunionnais en passe de se faire construire une maison bulle. Christian s’est rendu à Montgivray pour obtenir les trucs et astuces permettant de mener à bien son projet.
Les nouvelles constructions doivent être, plus écologiques, moins gourmandes en énergie et mieux adapté à l’environnement. Ces directives donnent des idées aux Géotrouvetouts de France et de Navarre.
La Nouvelle République s’est arrêtée à Mongivray dans l’Indre, un département du centre de la France, où Philippe Delage finalise la construction de sa maison bulle.
L’homme s’est lancé dans cette construction originale, il y a maintenant deux ans. Il explique : « C'est une maison bulle, élaborée à base de grilles de métal puis recouverte d'isolant et de béton. Il n'y a aucun angle. Elle sera de plus recouverte de terre, à flanc de coteau, sans chauffage… ».
 
Pas de toiture qui s’envole pendant le cyclone
 
Si l’absence de chauffage pour un Réunionnais laisse insensible, en revanche, le fait que cette maison sans angle, soit sans toiture est très intéressant. Christian qui suit l’évolution de ce chantier est venu se renseigner : « Compte tenu de l'évolution des conditions météorologiques, c'est toujours rassurant de se dire qu'on n'a pas, au-dessus de soi, un toit qui risque de s'envoler ! (Ndlr : des cyclones toujours plus nombreux et puissants) Ce genre de maison est vraiment une fenêtre sur la nature, avec une lumière qui vient d'en haut, ce qui est cinq fois plus efficace pour le moral. Nous sommes nés dans un ventre rond, cela n'est pas innocent: vivre dans une maison bulle, c'est comme retourner à l'origine, retrouver une certaine forme de sérénité ».
 
100 000 euros pour 165 m2
 
Des grandes innovations sont nées d’utopies. A l’heure ou des voix s’élèvent contre le tout béton, cette maison bulle n’est peut-être pas si loufoque. Gommer les angles, les prises au vent, s’intégrer dans le paysage et offrir des pièces naturellement fraîche, tout en privilégiant des puits de lumière pour éviter de consommer de l’électricité inutilement. L’avenir dira si cette solution est viable à un prix abordable.
Philippe Delage espère ouvrir les portes de sa maison dans un an. Deux ans et demi de chantier, seul, pour construire une maison de 165 m2 et une enveloppe finale de 165 000 Euros.
De quoi faire rêver, reste à savoir, si un tel projet est réalisable sous les tropiques.
Montgivray
©La nouvelle République

 

Publicité