CDPA : économie collaborative et métiers de demain...

économie
Coup de poing dans l'actu
CPDA du 7 novembre 2014, de gauche à droite : Marcelino Burel (Président du conseil de l’ordre des experts- comptables), Bernard Fontaine (Vice-Président à la compagnie des commissaires au compte), Philippe Jean-Pierre (Professeur d'économie à l'Université de La Réunion) et Claude Montanet (Réunion 1ère)
Les " métiers de demain " : une révolution de la formation professionnelle et des mentalités...
65 % des écoliers d'aujourd'hui pratiqueront demain un métier qui n'existe pas encore. Avec un tel constat que souligne Bernard Fontaine, vice-président à la compagnie des commissaires au compte, il est impératif de préparer les formations adéquates et peut-être avant tout de changer les mentalités. C'était l'objet des 5 èmes Universités de la Profession Comptable de l'Océan Indien qui se tenaient début Novembre à La Réunion. Lors d'ateliers de travail, experts-comptables, universitaires et chefs d'entreprise se sont projetés dans un futur (pas si lointain) pour " anticiper les métiers de demain ". Comme un écho à ces Universités, " Coup de poing dans l'actu " sur Réunion 1ère, recevait, ce vendredi 7 novembre, Marcelino Burel, Président du conseil de l’ordre des experts- comptables, Bernard Fontaine, Vice-Président à la compagnie des commissaires au compte et Philippe Jean-Pierre, Professeur d'économie à l'Université de La Réunion.

Souplesse dans le travail, certains diront flexibilité, les changements font peur, et les craintes sont d'autant plus compréhensibles que le chômage atteint des records. Au cours de l'émission, présentée par Claude Montanet, Marcelino Burel estimait que les futurs salariés changeraient " 3 à 4 fois de métiers au cours de leur vie professionnelle " et que c'est à cette capacité d'adaptation de plus en plus indispensable qu'il faut préparer la jeunesse réunionnaise. Le futur serait ainsi dans les " soft skills ", ces “compétences douces” – pensée critique, résolution de problèmes, créativité, savoir-être, etc. – qui assurent l’adaptation de l’individu à des postes potentiellement très différents, et sont donc les moteurs de l’employabilité...à l'instar de l'Ecole ouverte 42 dont le président, Xavier Niel justifie ainsi la création : " Il fallait changer les choses, envisager un mode de formation différent et abandonner la structure classique de l’enseignement tel qu’il est fait en France, inadapté à la formation des talents dont nous avons besoin ".

Vers le développement de l'économie collaborative

Pour le président du Conseil de l'Ordre des Experts-comptables, les modes de consommation vont tellement changer que les notions mêmes de propriétés et de richesses vont être profondément modifiés. Philippe Jean-Pierre prend ainsi l'exemple d'un véhicule dont l'utilisation sera partagée au lieu d'être sous-utilisée..." immobile sur un parking durant les heures de bureau à ne profiter qu'au soleil ". Pour l'universitaire, comme pour le commissaire aux comptes, il faut rapidement changer les mentalités et penser " consommation collaborative ". Dans ce modèle économique, l'usage prédomine sur la propriété. Cela existe déjà avec les sites de partage de voitures (ZipcarGoGet… ) ou plus près de nous avec l'un des sites réunionnais de covoiturage (Roulensemb).

Et les exemples d'échange ou de partage sont déjà nombreux. La liste des sites web permettant ce type d’échanges concernent tous les secteurs : échange de maison (trocmaison, echangedemaison), location de chambre ou de canapés chez le particulier (cohebergement), de parking en ville (parkadom), échange ou prêt de matériel électroménager (consoglobe), … jusqu’au partage de compétence (partageetcompetence) ou encore au don d’objets usagers (donnons.org).

Cette économie collaborative va aussi définir les emplois de demain. Et dans ce domaine La Réunion peut, selon les invités de Claude Montanet, tirer son épingle du jeu. Les emplois liés au numérique explosent et contrairement aux contraintes inhérentes à l'isolement de La Réunion dans le cadre de productions traditionnelles, internet permet d'être aussi proche de New-York, de Pékin que de l'île Maurice. 

Réécouter l'émission CPDA du 7 novembre 2014