réunion
info locale

Assises : Dany Vinguetama condamné à 10 ans de prison

justice
Assises Vinguetama
©Réunion 1ère
L’accusé était sous contrôle judiciaire. Dany Venguetama, 44 ans, a été condamné à 10 ans de réclusion criminelle. Reconnu coupable, il devra retourner en prison. 
Les jurés de la cour d’assises ont tranché. Dany Vinguetama a été condamné à 10 ans de prison.
Pendant deux jours, ils ont entendu deux versions des faits. Selon l’accusé, la tragédie du dimanche 13 Septembre 2009 est un accident de la circulation, consécutif à une trop grande consommation d’alcool. Alors qu’il circulait en direction du Nord, au niveau du jardin d’Eden, il s’est déporté sur la voie de gauche. Une manœuvre totalement involontaire dans laquelle il a percuté deux voitures se dirigeant en sens inverse.
Le bilan est très lourd, un mort trois blessés graves.
 
L’accusé crie : « Gout a nou »
 
Sa petite amie de l’époque, alors âgée de 17 ans, évoque le même accident, mais révèle que dans le huis clôt de l’habitacle du 4X4, l’accusé lui a demandé sa main. Devant son refus, le conducteur qui avait déjà beaucoup bu, est entré dans une rage folle et aurait affirmé qu’il allait les tuer.
Pour elle, comme pour l’une des victimes le conducteur a provoqué l’accident volontairement.
L’accusé aurait dit après la collision, devant les sapeurs-pompiers : « Gout a nou ».
 
Deux versions pour une conclusion
 
La défense assurée Mes Eric Dupont-Moretti et Marie Briot tente d’accréditer la thèse accidentelle. Les avocats s’appuient sur les conclusions de l’expert en accidentologie de l’Institut de recherches criminelles de la gendarmerie Nationale : « On ne peut pas dire si la voiture a été dirigée volontairement sur l’autre véhicule ».
L’accusation s’est appuyée sur les témoignages des deux conducteurs arrivants en face et qui sont persuadés de l’intentionnalité de la perte de contrôle. Une impression qui concordait avec le témoignage de l’ex-petite amie.
 
Au terme de ces deux jours d’audience, les jurés ont condamné Dany Vinguetama à 10 ans de prison.

Reportage Steve-Henry Peeters et Philippe Hoareau











Publicité