Etang-Salé : les opposants à la carrière de Bois Blanc disent non en musique

route du littoral
Kabar Bois-Blanc
©Réunion 1ère
Les opposants à la carrière de Bois-Blanc ont recueilli 10 000 signatures  sur leur pétition et ils étaient 2000, dimanche, au kabar de soutien. Cependant, Vendredi, le conseil d’Etat a validé le projet d’extraction d’andains.
La construction de la future route du littoral n’a pas fini de faire des vagues. Après l’opposition des défenseurs de l’environnement opposés à une quatre-voies enjambant l’océan, le conseil Régional doit faire face aux riverains des futures carrières. Dimanche 2000 personnes étaient réunies à l’Etang-Salé-les-Bains pour dire non à l’extraction d’andains sur le site de Bois-Blanc.

Selon les manifestants des études scientifiques démontrent la dangerosité des particules de silices transportées par le vent quand l’ont manipule des roches de basalte. Les organisateurs de la manifestation ont annoncé avoir déjà recueilli plus de 10 000 signatures.
 
Le conseil d’Etat valide les carrières
 
Le premier coup d’éclat du collectif de défense de Bois-Blanc date du 7 juin 2015. Ce jour là, 4500 personnes formaient une chaine humaine sur l’ancienne RN 1 entre la ravine des Avirons et la ravine Trou-d’Eau. Suite à ce coup d’éclat, Didier Robert, président de la Région Réunion et candidat à sa propre succession, annonçait la suspension du schéma départemental des carrières. Un " ouf " de soulagement de courte durée pour les manifestants. Vendredi 19 Juin 2015, soit 11 jours plus tard, le conseil d’Etat a validé l’autorisation d’exploiter la carrière de Bois-Blanc.
 
La future route moins urgente en hiver
 
Comme souvent à La Réunion, les grands travaux sont l’objet d’enjeux économiques et politiques. L’ouverture de la campagne des élections régionales approche et l’enjeu des carrières est devenu central.

Les bouchons quotidiens de la route du littoral sont passés au second plan, les vacances scolaires commencent demain et la période cyclonique est loin. Les difficultés de liaison entre le  Nord et l’Ouest semblent moins urgentes. Pourtant en Décembre au moment des fameuses élections régionales, la saison des pluies aura commencé et le canal bichique sera à nouveau d’actualité, tout comme l’impérieuse nécessité de trouver une solution.

Reportage : Thierry Chapuis

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live