publicité

Reprise des créations d’entreprises au 3ème trimestre 2015

Après les replis des 1er et 2ème trimestres, la création d’entreprises à La Réunion repart à la hausse au 3ème trimestre 2015 (+ 3,6 %).

© FTV
© FTV
  • Réunion 1ère
  • Publié le
Cette hausse est portée par le secteur de la construction. Toutefois, avec un peu plus de 1 500 entreprises nouvelles, le nombre de créations reste encore faible par rapport aux années 2010 et 2011.
 
Au 3ème trimestre 2015, la création d’entreprises repart à la hausse à La Réunion (+ 3,6 %) après deux trimestres de repli. Avec 1 523 entreprises créées ce trimestre, la création d’entreprises reste à un niveau très inférieur aux années 2010 et 2011 où 2 000 entreprises étaient créées, chaque trimestre, portées par le développement des installations photovoltaïques dans l’industrie.

Au niveau national, la création d’entreprises est quasiment stable (+ 0,2 %).
 
Les créations d’entreprises progressent au 3e trimestre à La Réunion dans la construction (+ 17 %) et dans les « autres services » (+ 6 %). Ce dernier secteur génère près d’une création d’entreprise sur deux. Ces hausses sont atténuées par la baisse des créations dans le « commerce, transports, hébergement et restauration » (- 4 %), secteur qui représente un tiers des créations. Le secteur de l’industrie baisse de 1,4 %.
 
Les créations sous le statut de micro-entrepreneur augmentent de 4,5 % par rapport au trimestre précédent.
Le secteur des « autres services » (+ 3,5 %) concentre deux créations de micro-entrepreneurs sur trois. Ce statut, qui remplace celui d’auto-entrepreneur, ne représente à La Réunion que 18 % des créations contre 43 % en France. Hors micro-entrepreneurs, la création progresse également (+ 3,4 %).
 
En données brutes, la part des sociétés progresse par rapport aux entreprises individuelles. Ainsi, les sociétés représentent 35 % des entreprises créées au 3e trimestre, soit 2 points de plus qu’au 2e trimestre. Les entreprises individuelles, hors micro-entrepreneurs, représentent près de la moitié de l’ensemble des créations.
 
Stabilité de la création sur les 12 derniers mois
 
Sur douze mois (octobre 2014 à septembre 2015), la création d’entreprises à La Réunion est stable (+ 0,2 %) par rapport à la même période un an auparavant (octobre 2013 à septembre 2014). Dans le même temps, le nombre de créations diminue (- 3,2 %) sur l’ensemble de la France.
 
La création d’entreprises baisse sur un an dans les « autres services » (- 2,1 %) et dans l’industrie (- 6,1%). À l’inverse, elle progresse modérément dans le « commerce, transports, hébergement et restauration » (+ 2,3 %) et plus nettement dans la construction (+ 6 %).
Méthodologie

La notion de création d’entreprises s’appuie sur le concept défini par Eurostat afin d’harmoniser les données européennes. Une création d’entreprise correspond à l’apparition d’une unité légale exploitante n’ayant pas de prédécesseur. Il n’y a création d’une entreprise que si elle s’accompagne de la mise en œuvre de nouveaux moyens de production. Le champ sur lequel portent les créations d’entreprises correspond à l’ensemble des activités marchandes hors agriculture.
Les données brutes, issues du répertoire Sirene, correspondent au nombre d’entreprises créées au cours d’un mois ou trimestre donné. La création d’entreprises est soumise à des mouvements réguliers infra-annuels, aussi appelés variations saisonnières. Ces mouvements peuvent résulter du fonctionnement général de l’économie (vacances estivales par exemple).
La saisonnalité brouille la lecture de la tendance générale de la création d’entreprises. Ainsi, les séries de données brutes sont corrigées afin d’éliminer le facteur saisonnier et mieux faire ressortir l’évolution générale de moyen terme. De même, les variations imputables aux jours ouvrables (CJO) sont corrigées. Les données CVS-CJO permettent ainsi de comparer le nombre de créations entre les différents mois ou trimestres consécutifs. La somme sur l’année des quatre résultats trimestriels CVS-CJO peut différer légèrement du nombre de créations annuel brut car elle tient compte des variations d’une année sur l’autre de la composition annuelle en jours ouvrables.

La variation du cumul sur 12 mois est le rapport du cumul des créations des 12 derniers mois comparé à celui des 12 mois précédents. Une évolution en glissement compare la valeur d'une grandeur à deux dates, séparées en
général d'un an ou d'un trimestre.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play