Coronavirus : la rectrice veut rassurer les parents d’élèves

coronavirus
La rectrice Chantal Manès-Bonnisseau
La rectrice Chantal Manès-Bonnisseau participait également à cette conférence de presse aux côtés du préfet Jacques Billant et de la directrice de l'ARS Martine Ladoucette ©Laurent Figon
Chantal Manès-Bonnisseau demande aux parents d’élèves de ne pas céder à la panique et de continuer à conduire leurs enfants à l’école.
La fermeture de plusieurs établissements scolaires suite à la découverte de cas positifs de Coronavirus amène à un certain climat de psychose chez les parents d’élèves.

Mais peut-on réellement considérer nos écoles, collèges et lycées comme des clusters en puissance ? Non, a répondu Chantal Manès-Bonnisseau dans la matinale de Réunion La 1ère radio, face à notre journaliste Philippe Dornier.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :
 
Education : la rectrice de La Réunion veut rassurer les parents


Les établissements scolaires sont des lieux sûrs, a une nouvelle fois martelé la rectrice. "Tous les cas avérés sont des cas qui se sont déclarés en dehors de l’école, a précisé Chantal Manès-Bonnisseau. L’école est un lieu où les enfants sont sécurisés. A partir du moment où un enfant entre dans l’enceinte d’une école, il est pris en charge par des adultes qui s’assurent que les gestes barrière sont respectés".

Selon les chiffres communiqués par la rectrice, on a recensé jusqu’à présent 20 cas positifs dans le primaire et le secondaire, moins de 1 000 élèves placés à l’isolement, trois enseignants testés positifs et une vingtaine d’entre eux qui ont été mis en quarantaine car considérés comme cas contact.
 

"Vigilance n’est pas affolement"


Jusqu’à présent, les services de l’Académie ont enregistré environ 5 % d’absentéisme dans le premier degré, et pour ne pas voir ce taux grimper encore, Chantal Manès-Bonnisseau interpelle les parents d’élèves et en particulier ceux qui sont tentés de garder leurs enfants à leur domicile.

"Je rappelle aux parents que vigilance n’est pas affolement", insiste la rectrice. "Les enfants doivent être scolarisés. Ils ont connu une année assez perturbée. Nous souhaitons trouver un fonctionnement le plus proche possible de la normale malgré cette crise".

L’autre priorité de l’Académie est de vérifier les acquis des élèves dont la dernière année scolaire a fortement été impactée, faut-il le rappeler, par la crise sanitaire et en particulier par le confinement.

Chantal Manès-Bonnisseau a ainsi annoncé des évaluations écrites en Français et en Maths dès la semaine prochaine pour les élèves de CP, de CE1, de 6ème et de 2nde.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live