Covid-19 : le préfet Jacques Billant maintient son plan de désescalade pour La Réunion

coronavirus
Jacques Billant, préfet de La Réunion.
Jacques Billant, préfet de La Réunion. ©Imaz Press

Pourra-t-on retourner au restaurant ou encore au cinéma la semaine prochaine ? On craignait que les mauvais chiffres annoncés le mardi 11 mai allaient remettre en cause l’allégement des mesures annoncées la semaine dernière. Mais le préfet maintient bien son plan de désescalade.

Lors de sa réunion hebdomadaire avec les maires de l’île ce mercredi 12 mai, le préfet de La Réunion Jacques Billant a annoncé qu’il ne comptait pas remettre en cause son "plan de désescalade progressif".

Les mauvais chiffres annoncés hier, mardi 11 mai, par l’Agence régionale de santé faisaient craindre le pire et l’on pouvait logiquement penser que le calendrier du préfet Jacques Billant allait être revu. Tel n’est donc pas le cas.

Rien ne change, même si...

Le préfet a en effet confirmé aux maires de l’île que l’on restait calé sur le calendrier annoncé la semaine dernière, à savoir, à compter du :

  • 19 mai : le décalage du couvre-feu à 21h, l’autorisation des pique-niques, la réouverture des restaurants en terrasse, mais aussi des galeries commerciales et des salles de spectacle, de cinéma
  • 9 juin : un nouveau décalage du couvre-feu à 23h, la réouverture des bars et restaurants aussi bien en intérieur qu’en extérieur,  et enfin la réouverture des salles de sport
  • 30 juin : la levée, enfin, du couvre-feu

Un calendrier calqué sur le national

Le plan du préfet reste en fait calqué sur le calendrier national. Et cela alors même que l’épidémie connaît une forte progression dans l’île, contrairement à ce qui est constaté en métropole... A La Réunion, le taux d’incidence frôle en effet les 140 cas pour 100 000 habitants, alors qu’il est en train de diminuer fortement sur le territoire métropolitain, passant de 400 à un peu plus de 180 à présent.

A ce rythme-là, la Réunion pourrait même dépasser dans les prochains jours le taux d’incidence national. Sans compter que le taux de positivité remonte également : on était à 3,7% la semaine dernière et l’on passe désormais à 5,3% au-dessus du seuil d’alerte national.

Un "pari" sur l'amélioration de la situation

Le nombre de décès est lui en hausse : on en a enregistré 16 du 4 au 10 mai. Un pic également atteint en une semaine à la mi-mars, mais il s’agissait majoritairement à l’époque de patients issus des évacuations sanitaires. Mais il est cette fois-ci bien question de 16 patients réunionnais. C’est ainsi la première fois que le bilan est aussi lourd.

Comment expliquer alors la décision du préfet de maintenir l’allégement des mesures ? Notre journaliste Jean-Marc Collienne parlait ce mercredi soir sur le plateau du journal télévisé de Christelle Floricourt d’un "pari". Le pari que la situation va s’améliorer avec la généralisation de la vaccination. Le pari aussi que la situation va rester stable au niveau de la tension hospitalière.

"Paradoxal système"

C’est d’ailleurs le cas actuellement et c’est le seul indicateur positif : on compte 39 malades du Covid en réanimation, alors qu’on en avait 40 la semaine dernière.

Mais c’est un sacré paradoxe à nouveau : en 2020, on avait complètement confiné la Réunion alors que le virus était quasiment absent. En 2021, on s’apprête à lever les mesures de protection alors qu’il n’a jamais autant circulé !