Un étudiant Malgache tué et 11 autres blessés lors de l’intervention des gendarmes

océan indien
Résidence universitaire
C'est aux abords de ce bâtiment que ce sont déroulés la majorité des affrontements entre étudiants et forces de l'ordre malgaches. ©D.R
Les gendarmes Malgaches ont tiré à balles réelles sur des étudiants qui protestaient contre le manque de chambres au sein de la résidence universitaire de Majunga dans l'ouest de Madagascar. Le bilan est lourd. Un étudiant est mort et onze autres sont hospitalisés.
Les élections présidentielles passées, les observateurs espéraient un retour au calme à Madagascar, mais la crise du logement pour les étudiants de la Grande-Île a suffi à raviver les tensions. Dès samedi soir, des affrontements violents ont opposé les forces de l’ordre à des manifestants qui occupaient la résidence universitaire de Majunga. Après avoir lancé des grenades lacrymogènes, les militaires, qui recevaient des pierres, ont fait usage de leurs fusils. Le bilan provisoire est lourd, un étudiant a succombé à ses blessures dans la nuit de samedi à dimanche et 11 autres ont été blessés dont trois gravement.

Les étudiants en colère depuis octobre
  
Les gendarmes, par la voix de leur général, estiment qu’ils étaient en état de légitime défense. Sept militaires ont été blessés, par les projectiles des manifestants.
Les étudiants protestaient contre le manque de chambres au sein de la résidence universitaire. Ce problème avait déjà été soulevé en octobre au moment de la rentrée, mais le temps des élections avaient eu raison des revendications. Celles-ci ont ressurgit la semaine dernière avec une occupation de la résidence qui s’est achevée dans un bain de sang. Le tribunal administratif Malgache saisi par le ministre de l’éducation a ordonné l’exclusion de l’université de 14 manifestants. Une décision qui a fait monter d’un cran la colère des étudiants.