Financement et surveillance régionale des pêches pour une gestion durable des ressources halieutiques

océan indien
Arraisonnement pêche illégale
Interception et arrestation d’un navire en activité illégale dans les trentièmes au Sud de Madagascar par l’équipe d’inspection d’Osiris composée d’inspecteurs français, comoriens, seychellois, mauriciens et malgaches. Déroutement sur Fort Dauphin. ©COI
L'Union européenne et la Commission de l'Océan Indien viennent de signer une convention de financement pour une nouvelle étape de SmartFish, le programme régional des pêches. L'Europe y consacre au total 36 millions d'Euros pour une gestion durable des ressources halieutiques.
16 millions d'Euros intégralement financés par le Xème Fonds européen de Développement, le projet Smartfish a désormais son financement complet. Hier, jeudi 6 Mars, Cécile Tassin-Pelzer, la représentante de l'UE à l'Île Maurice, et le Secrétaire Général de la COI, Jean-Claude de L'Estrac, ont validé la convention de financement. Ce montant s'ajoute à une première enveloppe de 21 millions d'Euros. Le programme régional des Pêches dispose de 37 millions pour les trois ans à venir.

Signature financement SmartFish
Jean-Claude de l’Estrac, Secrétaire général de la COI, et Cécile Tassin-Pelzer, représentante de la délégation de l’Union européenne à Maurice ©COI

 

20 pays de la zone Océan Indien sont directement concernés avec pour bénéficiaires prioritaires les pêcheurs et les populations côtières. Cela fait de SmartFish, l'un des plus grands programmes sur la pêche en Afrique.
Formation, valorisation économique et commerciale des produits de la pêche, gestion raisonnée des ressources et politique commune de surveillance des pêches, depuis 2011, plus de 140 actions ont ainsi été menées sur le terrain.

Préserver la ressource et lutter contre la pêche illégale

Avec la validation du financement de SmartFish, la COI a également lancé officiellement le " système régional des suivis des navires de pêche par satellite ". Après Madagascar, le 14 janvier, l'accord sur les échanges de données satellitaires a été signé par La Réunion, le 28 février. Jean-Claude de L'Estrac a souligné « la volonté des pays membres de la COI de lutter ensemble contre la pêche illégale, préjudice net pour nos économies et nos environnements marins ».
Outil particulièrement efficace, le système d’information géo-maritime (SIGMA VMS régional) permet de lutter contre la pêche illégale dans la région et surveiller les activités de pêche existantes. Les contrevenants profitaient jusqu'à présent du cloisonnement des politiques de surveillance, c'est dorénavant terminé. Les services de surveillance des pêches ont désormais une vision régionale, permanente et en temps réel des activités de pêche dans la région.

La pêche : pilier de l'économie de l'Indiaocéanie

Dans la grande région de l'Afrique orientale et australe et de l'Océan Indien, plus de trois millions et demi de personnes vivent directement du secteur de la pêche. Plus de 20 % du thon commercialisé dans le monde provient de l'Océan Indien. Cela représente près d'un million de tonnes de thonidés pour une valeur marchande estimée à 2 milliards de dollars. Une activité de pêche qui génère, dans l'industrie de transformation, plus de 12 000 emplois directs et près de 20 000 emplois indirects.
Le programme SmartFish est basé sur une approche globale de gestion raisonnée des ressources pour garantir la pérennité de ces emplois.