L’activité cyclonique a été supérieure à la normale dans l'Océan Indien, mais elle a épargné La Réunion

cyclones
Passage d'un cyclone à La Réunion.
Passage d'un cyclone à La Réunion. ©Imaz Press

L’activité cyclonique a été supérieure à la normale durant la saison cyclonique 2020-2021, mais La Réunion a été plutôt épargnée, selon Météo France. Deux systèmes ont apporté de la pluie sur l’île, mais très peu. 

Météo France Réunion fait le bilan de la saison cyclonique 2020-2021 qui s’achève. L’activité cyclonique a été supérieure à la normale cette saison. Elle s’est concentrée sur la partie orientale du bassin et sur les trois mois de l’été austral.

La Réunion épargnée

Les Mascareignes ont été peu ou prou épargnées cette saison. Seuls deux systèmes dépressionnaires (DANILO et IMAN) ont circulé dans les parages, à des stades d’intensité modestes. DANILO a apporté le premier épisode pluvieux significatif. Il a été suivi du passage de la tempête tropicale IMAN qui a provoqué davantage de pluie sur le sud de l’île le 7 mars dernier.

Selon Météo France Réunion : "cet épisode pluvieux n’a, hélas, constitué que le second et dernier épisode pluvieux réellement significatif de l’été, finalement très déficitaire sur l’ensemble du département". Sans ces deux systèmes, "la situation pluviométrique serait encore plus préoccupante et même franchement catastrophique, après une année 2020 déjà marquée par une sécheresse sévère", estime Météo France.

Le mois d’avril a été très pluvieux, avec des records de précipitations localement, et il permet d’atténuer in-extremis un bilan jusque-là très déficitaire.

 

12 systèmes significatifs

À ce jour, la saison cyclonique comptabilise douze systèmes dépressionnaires significatifs. Il y a eu cinq tempêtes tropicales et sept cyclones (dont deux n’ont atteint ce stade que l’espace de quelques heures).

En général, la moyenne se situe en entre neuf et dix tempêtes tropicales. Il faut aussi prendre en compte la durée de vie et l’intensité moyenne des phénomènes. Avec 66 jours d’activité perturbée et 24 jours cycloniques, l’activité de la saison se situe à un niveau supérieur à la normale.

"Le cyclone tropical très intense FARAJI, et le cyclone tropical intense HABANA, qui s’est maintenu au stade de cyclone huit jours durant, ont contribué de manière déterminante à la hausse de l’activité", remarque Météo France Réunion.

Une saison précoce et resserrée

La saison a démarré peu avant la mi-novembre, une date conforme aux standards pour un début de saison. Elle a failli s’achever précocement, dès la mi-mars, jusqu’à l’arrivé de JOBO, passée la mi-avril. L’essentiel de l’activité s’est concentré durant les trois mois de l’été austral, avec neuf des douze systèmes de la saison qui se sont enchaînés sans grand répit.

Les cyclogenèses ont toutefois été souvent laborieuses durant cette première partie de saison. Les systèmes dépressionnaires évoluaient dans un environnement peu favorable à leur formation et à leur développement.

Les dix premiers systèmes de la saison ayant fait l’objet d’un suivi par le CMRS de La Réunion, ont tous fini leur existence au sein du domaine tropical. Il a fallu attendre la dernière semaine de février, avec la transition extratropicale de GUAMBE, pour qu’un premier système dépressionnaire parvienne à quitter le domaine tropical et trouver une porte de sortie vers les moyennes latitudes, au sud du Canal de Mozambique.