Lancement d'une nouvelle campagne contre les addictions chez les jeunes réunionnais

santé
Une nouvelle campagne contre les addictions chez les jeunes réunionnais
Une nouvelle campagne contre les addictions chez les jeunes réunionnais. ©Imaz Press
Tabac, alcool, zamal, ecstasy et autres drogues de synthèse : pour lutter contre les addictions chez les jeunes réunionnais, le conseil départemental initie une campagne de prévention de grande ampleur intitulée : "Refuse/Résiste". Elle a été présentée ce vendredi 28 août.
Tabac, alcool, zamal, mais aussi ecstasy et autres drogues de synthèse. Les sources d’addiction se multiplient et se diversifient chez les jeunes. Face à ce constat, le conseil départemental de La Réunion initie une campagne de prévention 100 % locale intitulée : "Refuse/Résiste". Elle a été présentée ce vendredi 28 août.

Cette campagne s’étale sur six mois. L’objectif : sensibiliser aux risques, de santé, d’isolement et de décrochage scolaires causés par la consommation de drogues. Pour toucher la nouvelle génération, la campagne emprunte ses codes, avec des références au jeu vidéo, ou encore aux sports extrêmes pour capter l’attention du jeune public.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :
Campagne addiction département
 

Un spot survolté

La collectivité s’appuie sur les talents du danseur et acrobate, Gary Técher, dans un spot survolté réalisé par DK-PIT. Le clip met en scène un jeune qui se bat contre une créature démoniaque, mais qui puise dans ses ressources, intérieures mais néanmoins surnaturelles pour dire "non" aux addictions.

Ce clip de prévention sera complété par l’affichage de grands panneaux publicitaires. Les réseaux sociaux tels que Facebook et Instagram seront aussi mis à contribution avec une diffusion à partir de la mi-septembre. Cette campagne a couté 150 000 euros à la collectivité.
 

Première cause de mortalité évitable

Les dépendances à la cigarette, l’alcool et au zamal causent chaque année mille décès. Pour David Mété, chef du service addictologie au CHU Félix Guyon, "il ne faut pas l’oublier, les addictions restent la première cause de mortalité évitable dans l’île".
 

Un génération sensible à la pub

Le responsable du service addictologie du CHU Felix Guyon rappelle que dans 80 % des cas, les dépendances puisent leurs racines dans des pratiques adoptées avant l’âge de 18 ans. Selon lui, "la nouvelle génération est particulièrement sensible aux messages publicitaires". David Mété renouvelle également son appel aux élus pour "appliquer strictement l’interdiction d’affichage des publicités sur l’alcool à proximité établissements scolaires".

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :
 

Plus de moyens

De son côté, le département s’engage à soutenir davantage la prévention. La collectivité y consacre déjà un million d’euros par an, et ce budget est en partie alimenté par la taxe tabac. Cette enveloppe doit être rehaussée l’an prochain, avec un effort supplémentaire à destination des associations, maillon essentiel de la prise en charge des personnes en proie aux addictions. 
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live