Le certificat médical n’est plus systématique pour la pratique d’un sport

santé
"Athlécole 2024" : des milliers de marmailles de Saint-Paul initiés à l’athlétisme
Photo d'illustration. ©Imaz Press
Tous les ans à la rentrée, c’est l’affluence dans les cabinets médicaux. Nombreux sont les sportifs à venir demander un certificat médical pour pratiquer une activité. Depuis 2021, la loi a évolué, et dans la majorité des cas un simple questionnaire de santé suffit.

Chaque année à la rentrée, les médecins généralistes sont fortement sollicités. Avec la reprise des activités sportives, il leur est ainsi demandé de délivrer de certificats médicaux pour la pratique du sport.

Des certificats inutiles ?

Mais de plus en plus de généralistes submergés refusent la délivrance d’un acte qui ne se justifie plus selon eux, à quelques exceptions près. La consultation médicale a très peu de chance d’identifier une pathologie sévère qui contre-indiquerait le sport.

Il faut avoir reçu le patient, l’avoir examiné, et ne certifier que ce que l’on constate réellement, ce qui implique de refuser la production e certificat à des tiers, ou des certificats abusifs ou illicites.

Dr Benjamin Dusang, président du Conseil de l’Ordre des Médecins. 

Le certificat médical remplacé par un questionnaire de santé

Depuis 2021, la loi a beaucoup évolué, et a simplifié les choses, notamment pour la pratique d’activités sportives. " Il n’est plus nécessaire de produire, ni à la demande ni au renouvellement de la licence, un  certificat médical de non contre-indication, sauf dans des cas particuliers ", confirme-t-il.

Le certificat médical est en effet remplacé par la production, par le licencié sportif, d’un questionnaire de santé.

De rares exceptions

Ce n’est que lorsque le questionnaire médical identifie qu’il y a une problématique de santé chez le sportif, ou pour certaines activités sportives particulières comme l’alpinisme, la spéléologie, la plongée subaquatique ou certains sports mécaniques, que le certificat médical est nécessaire.

La production de certificats médicaux n’est pas remboursée par l’assurance maladie.