Leucose Bovine : le remplacement des bêtes atteintes fait débat

agriculture
élevage bovin / famille Begue à la plaine des cafres
élevage bovin / famille Begue à la plaine des cafres ©Willy Fontaine
Du nouveau dans l’épineux dossier de la leucose bovine. Après l’annonce d’un nouvel arrêté visant à éradiquer la maladie dans le département, comme ailleurs sur le territoire hexagonal, les acteurs de la filière réagissent. Eleveurs, coopératives, les avis divergent sur le sujet.
Un arrêté ministériel publié hier, samedi 13 juin, au Journal officiel, précise les modalités de la gestion de la leucose bovine à La Réunion. L’objectif est ainsi d’éradiquer la maladie dans le département, en remplaçant les bêtes atteintes.

Si pour les autorités, il s’agit ainsi de mettre fin à l’ "exception réunionnaise" en apportant au département les mêmes réponses qu’au reste du territoire national, ce n’est pas la vision de tous.
 
Hier soir, l’ADEFAR, l’association de défense des agriculteurs de La Réunion, a en effet parlé d’égalité en apparence, les détails du texte n’étant pas identiques à ceux de l’arrêté de 1990, qui définit la gestion de la maladie ailleurs.

 

Les éleveurs touchés restent vigilants


Ce dimanche 14 juin, des éleveurs prennent à leur tour la parole. La famille Bègue possède une exploitation à la Plaine-des-Cafres, au Tampon. Pour ces professionnels, cette annonce est un premier pas vers l’égalité mais restent très vigilants.

Sur 82 vaches laitières, 22 sont atteintes par la leucose bovine. Pour le père de famille, Jean-Paul Bègue, il s’agit d’une première bonne nouvelle, mais le renouvellement des cheptels restera difficile  à mettre en œuvre, selon lui.

Reportage de Henry-Claude Elma et Willy Fontaine.
©Réunion la 1ère

L’éleveur, ancien 1er vice-président de la Sicalait, estime la coopérative laitière ne dispose pas de suffisamment de bêtes saines pour remplacer celles qui sont atteintes.

 

Accueil favorable pour la Sicalait


La présidente de la Sicalait, Martha Mussard, accueille favorablement ce nouvel arrêté ministériel. Cette décision de l’Etat était attendue par la coopérative, assure-t-elle. Depuis 2016, elle a débuté un travail avec les services de l’Etat pour mettre en place un protocole d’éradication de la leucose bovine dans le département, affirme sa présidente.

Des expérimentations sont en cour afin de définir précisément les modalités du plan de gestion de la maladie et de parvenir à avoir suffisamment d’animaux pour l’appliquer.

Martha Mussard, la présidente de la Sicalait, répondait à Gaëlle Malet dans le journal télévisé de Réunion la 1ère.
Itw Martha Mussard, présidente de de la Sicalait ©Réunion la 1ère

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live