réunion
info locale

La Métropole, partenaire d’échanges privilégiés de La Réunion et de Mayotte

économie
Des échanges régionaux limités
©copie d'écran googlemap
Ce mercredi 28 Mai, L’Institut d’Émission des Départements d’Outre-Mer (IEDOM) a publié un programme d’études sur les échanges de La Réunion et de Mayotte avec le bassin de l’océan Indien.
Chargé d’assurer la continuité territoriale en matière monétaire dans les cinq départements d’outre-mer et dans les collectivités, L’IEDOM a identifié les facteurs de frein ou au contraire de soutien aux échanges intra-régionaux à La Réunion et à Mayotte.

Des échanges régionaux limités

De cette étude il ressort que les échanges de biens de La Réunion et de Mayotte avec la région océan Indien sont globalement limités. Leurs échanges, essentiellement concentrés vers les économies proches (Maurice, Seychelles, Comores, Madagascar), représentent moins de 10 % de leurs exportations totales sur la période 2002-2011. 

Des freins importants qui pèsent sur les échanges

Le faible niveau de développement des pays voisins combiné à l’étroitesse de leur marché, constituent un frein aux échanges intra-régionaux des DOM de l’océan Indien. De ce fait, les échanges de La Réunion et Mayotte restent fortement orientés vers la métropole, première partenaire commercial des DOM de l’océan Indien.Les deux DOM échangeraient près de 30 fois plus avec la France métropolitaine que ce que  la distance et la taille des marchés ne le suggèrent. La Réunion et Mayotte se fournissent en Métropole à hauteurs respectives de 57 % et de 47 % de leurs importations sur la période.

Combinant à la fois une taille de marché conséquente et un niveau de développement élevé, l’Afrique du Sud, pourrait constituer un partenaire commercial privilégié des deux DOM de l’océan Indien.

Malgré ces handicaps, la création de partenariats commerciaux, tels que la COI, la SADC, le COMESA, auxquels La Réunion et Mayotte ne participent pas, a bien engendré un surplus significatif d’échanges pour les pays de la zone qui en sont membres.

Les principaux facteurs de soutien aux échanges régionaux

Bien qu’elle pèse sur les échanges des pays de la zone, la distance s’avère être un facteur de soutien important dans la mesure où tous les grands centres économiques mondiaux en sont éloignés. L’isolement favoriserait lui aussi les échanges intra-zone.

Selon cette même étude le partage d’une langue commune permettrait d'augmenter de près de 80 % les échanges de La Réunion et Mayotte avec leurs partenaires commerciaux.
 
Publicité