réunion
info locale

Municipales 2020 : la Ligue des Droits de l’Homme appelle les citoyens à voter

élections
Municipales 2020 la Ligue des Droits de l'Homme LDH appelle à voter 080220
©Henry-Claude Elma (Réunion la 1ère)
A un peu plus d’un mois du premier tour des élections municipales, le 15 mars prochain, et avant que le dépôt officiel des candidatures ne commence, et avec lui la campagne électorale, la Ligue des Droits de l’Homme à La Réunion veut mobiliser les électeurs.
Ce samedi 8 février au matin, les représentants de la LDH ont ainsi appelé les citoyens à aller voter pour les élections municipales 2020. Aller voter, mais aussi participer au débat.
 

Un débat démocratique respecteux

Ils les appellent ainsi à bien regarder, comparer, interroger et interpeller les candidats. Il faut, selon eux, qu’ils s’emparent de ce " moment d’expression citoyenne ". Un débat démocratique qui doit cependant se faire dans le respect, loin de toute forme d'insultes et de violences verbales.

Une façon de faire vivre la démocratie municipale qui ne doit d’ailleurs pas se limiter aux élections municipales, mais qui doit perdurer après, selon Dominique Rivière, président de la Ligue des Droits de l’Homme à La Réunion.

Il s'exprime au micro de Henry-Claude Elma et Daniel Fontaine.
©Reunion la 1ère
 

L’accès aux droits, une priorité

Pour lui, l’accès au droit au logement, à la santé, au travail, mais aussi à l’éducation populaire sont les points d’attention particuliers. Donner des moyens aux associations est aussi un enjeu majeurs selon la Ligue des Droits de l’Homme, car nombreuses sont les actions qu’elles accomplissent au quotidien et emportant est donc le rôle qu’elles jouent dans la société.
 

Pour la démocratie avant tout

Si la Ligue des Droits de l’Homme se dit apolitique et ne veut pas appeler à voter pour un candidat plutôt qu’un autre, elle veut cependant mettre en garde contre l’extrême droite. Selon " Toute l’Histoire du 20ème siècle, et jusqu’à nos jours, montrent que l’Extrême droite a conduit au racisme, au fascisme, à la dictature, voire la barbarie ", explique Dominique Rivière.