Naufrage du Wakashio : un anniversaire et quelques verres à l'origine la marée noire

accidents
Wakashio l'accident pouvait il être évité 31 mai 2021
©Capture d'écran L'Express de Maurice
Lundi 27 décembre 2021, le capitaine du Wakashio et son second connaîtront la peine retenue par la justice mauricienne. Hier, ils ont été reconnus coupables. Le 25 juillet 2020, ils fêtaient un anniversaire quand le vraquier s'est échoué sur le récif de la Pointe-d'Esny provoquant une marée noire.

Les dégâts occasionnés par une marée noire sur l'environnement, la santé des riverains, l'économie des artisans de la mer et le tourisme sont-ils quantifiables ? Quelle sera la peine prononcée par la justice mauricienne, lundi 27 décembre 2021 ? Impossible de se prononcer. Le capitaine et son second ont été reconnus coupables, ce mardi 21 décembre 2021, d'avoir mis en danger la sécurité du personnel en contrevenant aux lois de la marine marchande édictées en 2007, précise L'Express de Maurice.

L'énoncé judiciaire semble un peu lapidaire, au regard de l'origine de la catastrophe et de ses conséquences. Le 25 juillet 2020, le vraquier japonais navigue le long de la côte Sud-Est de l'île sœur. À son bord, l'heure est à la fête. On célèbre un anniversaire. On boit plus que de raison et on relâche la surveillance. Le bateau est, comme l'équipage, à la dérive. Malheureusement, le récif est là, à quelques encablures. Personne ne regarde le sondeur. Les alarmes étaient-elles branchées ? Quand, les marins constatent la situation, il est trop tard. Le navire s'est échoué sur le récif.

Une marée noire sans précédent 

marée noire à Maurice la mobilisation se poursuit 090820
©MBC

Pendant des jours et des jours, les riverains et les autorités sont sous le choc. Toutes les manœuvres pour extraire le navire de sa gangue de corail sont vaines. La houle de ce début d'hiver austral aura raison de la coque. Le 9 août 2020, elle se brise. 3 000 tonnes de fioul lourd s'échappent des soutes et se déversent dans le lagon. Pendant des semaines, les Mauriciens se relaient pour limiter la catastrophe environnementale. Avec trois fois rien, du courage et leurs mains, ils vont nettoyer les coraux, les rochers, le sable. Ils construisent des barrages artificiels avec des cheveux en provenance du monde entier.

L'accident a des conséquences politiques. Des manifestations monstres regroupent nos voisins. Ils sont sous le choc de ce naufrage et subissent les premières restrictions liées à la pandémie. Le temps efface souvent, nos souvenirs les plus désagréables, pourtant à l'heure du verdict, si la responsabilité des deux accusés est incontestable, sont-ils les seuls coupables ?

2 263 € et 08 cent pour les pêcheurs et banians

L’île Maurice fait face à une marée noire après le naufrage du vraquier Wakashio le 25 juillet dernier.
L’île Maurice fait face à une marée noire après le naufrage du vraquier Wakashio le 25 juillet dernier. ©Radio One

Il n'est pas question d'excuser, le capitaine du Wakashio et son second pour leurs manquements, cependant sont-ils les seuls responsables dans ce dossier ? La compagnie d'assurance de la société japonaise du vraquier a couvert les pertes des artisans pêcheurs. Au total, 875 pêcheurs et 174 banians des communes riveraines ont été indemnisés. Ils ont reçu, chacun 2 263 € et 08 cents soit 112 000 RS, nous apprend Le Mauricien. Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a déclaré à l'issue du versement de ces sommes : "Ce gouvernement ne fonctionne pas avec des manifestations de rue". Une pique dirigée vers l'opposition et les nombreux manifestants qui avaient défilé à Port-Louis fin août 2020. 

112 000 RS, cette somme, compense-t-elle vraiment le nombre de jours de pêche perdus ? Avant la marée noire, les professionnels de la mer gagnaient, en moyenne, 207 € par mois. Ils sont restés à quai 8 mois. La compensation financière semble équitable, mais l'est-elle vraiment, si comme les experts l'estiment dans Le Monde, il faudra 15 ans à la nature pour effacer les traces de cette marée noire.