Chantier de la NRL : les transporteurs n'ont pas pu reprendre le travail

travaux publics
NRL chantier nouvelle route du littoral 281119
©Réunion la 1ère
Le protocole signé entre la Région et le groupement GTOI/SBTPC/Vinci prévoyait une reprise du chantier de la NRL ce jour. Mais les transporteurs ont appris du groupement qu’ils ne reprendraient certainement pas le travail avant l’année prochaine pour des problèmes d’organisation.
Ce mardi 15 septembre, les travaux de la route digue de la Nouvelle route du littoral étaient censés reprendre normalement suite à l’accord trouvé entre le Conseil régional et le groupement GTOI/SBTPC/Vinci.

Mais voilà, les transporteurs sont pour le moins contrariés. Ils ont en effet appris récemment qu’ils ne pourraient pas retravailler avant l’année prochaine.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :
 
NRL : la reprise du chantier était annoncée pour aujourd’hui, mais apparemment toujours pas d’activité sur la partie Digue

Il y a une dizaine de jours, le groupement a bien fait appel à eux pour livrer des andins. Une trentaine de camions avaient ainsi été mobilisés.

Il était ensuite prévu que les transporteurs reprennent leurs missions ce mardi mais un mail envoyé vendredi dernier par le groupement les a fait déchanter. Celui-ci annonce la fin des livraisons pour cette année et une reprise du travail des transporteurs uniquement à partir de l’année prochaine…
 

Des travaux de préparation à réaliser d'abord


Le groupement explique que des travaux de préparation doivent encore être réalisés sur les 216 mètres de digue à réaliser. Une réunion organisée hier entre les transporteurs et le groupement NRL a confirmé l’impossibilité de reprendre le chantier.

Didier Hoareau, le président de l’Organisation des transporteurs indépendants (OTI), y a participé. "La réunion nous a confirmé qu’aujourd’hui on ne redémarrait pas parce que les conditions ne sont pas encore réunies pour la reprise du boulot".

"Il manque que les accords soient finalisés de tous les côtés et après, il faut déplacer tout ce qui est acropodes et musoirs, et ça il y en a encore pour un mois et demi, voire deux mois. Donc les transporteurs ne reprendront pas le travail ni demain matin, ni au mois de septembre", rajoute Didier Hoareau.

Celui-ci conclut, amer : "Je l’avais annoncé parce que j’avais compris la manœuvre. C’était une manœuvre pour à mon avis faire patienter la profession le temps que le ministre se balade, donc encore une fois on s’est fait flouer".
 

La menace d'une nouvelle grève


Mais la Région indique ne pas être en faute. "C’est l’organisation du groupement qui est concernée. On ne peut  évidemment pas s’immiscer dans leur organisation mais sur le plan technique et juridique tout est au vert", indique-t-on au sein de la collectivité.

En tout cas, pour la plateforme syndicale des transporteurs, il n’est pas question de rester trois mois et demi sans activité. C’est ce qu’elle a d’ailleurs annoncé à Jean-Marie Maillet, le président de la GTOI au Port.

Les représentants syndicaux estiment qu’une des solutions serait de pouvoir faire du stockage comme prévu, dans la Zac du Port, en attendant que les zones soient prêtes à être comblées.

Si aucun accord n’est trouvé, les transporteurs n’excluent pas de mettre des actions en place.

Le groupement a réagi en fin de journée dans un communiqué : "Conformément au protocole d’accord qui encadre les travaux de poursuite de la réalisation de la digue, le Groupement composé des entreprises GTOI, SBTPC et VINCI Construction Terrassement confirme que les travaux de réalisation de la digue ont pu reprendre ce mardi 15 septembre par la mise en place des moyens matériel qui permettront dès demain matin d’entamer le démontage du musoir provisoire de la digue D4 à La Possession".

Aucun mot donc sur les transporteurs. 

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live