réunion
info locale

Olivier Rivière gagne-t-il trop d'argent ? La justice enquête sur les revenus du maire de Saint-Philippe

justice
Olivier Rivière maire de Saint-Philippe
©Imazpress
Olivier Rivière toucherait-il trop d’indemnités ? C’est l’avis de la Haute Autorité pour la transparence de la vie politique. Alerté, le parquet de Saint-Pierre a ouvert une information judiciaire pour non-respect des règles de plafonnement pour ces trois dernières années.
Olivier Rivière est un homme très impliqué dans la vie publique et a donc de multiples casquettes. Outre ses fonctions de maire de Saint-Philippe et de vice-président de la Région, l’élu est aussi président de la maison de l’emploi du Grand Sud, président de l’établissement public foncier de La réunion, vice-président du syndicat mixte de Pierrefonds, administrateur de la Semac, administrateur à la Safer ou encore vice-président de l’IRT.

Problème, en se penchant sur la déclaration d’intérêts d’Olivier Rivière (document obligatoire), la Haute autorité de transparence pour la vie politique (HATVP) aurait constaté des manquements. Selon cette autorité administrative indépendante, les revenus de l’élu, liés à ses différents mandants politiques, dépasseraient le plafond d’indemnités prévu par la loi entre 2016 et 2018. Une information révélée par nos confrères du Journal de l’Ile. L’élu gagnerait ainsi plus de 132 000 euros par an soit 11 000 euros par mois alors que les textes prévoient un plafonnement à 8 434,25 euros mensuel.

LA HATVP a donc fait un signalement au Procureur de la République de Saint-Pierre qui a ouvert une enquête préliminaire.

Dans le Journal de l’Ile, Olivier Rivière a indiqué qu’il était en train de régulariser sa situation. "Il n’y a jamais eu de ma part de volonté de dissimulation", précise-t-il.

Un autre élu avant lui a déjà été inquiété par la justice pour ses revenus. Il s’agit de Didier Robert. En avril dernier, la HATVP avait également saisi le parquet de Saint-Pierre au sujet de la déclaration d’intérêts du président du Conseil régional.

Le reportage de Nathalie Rougeau
Desk ©Réunion La 1ère

 
Publicité