Pesticides, additifs, non-conformités : des recherches de fraudes alimentaires menées à La Réunion

consommation
mangue josé
©Imaz Press
Des mangues José trop riches en pesticides, du poisson avec trop d’additifs ou de contaminants, de la vanille de Madagascar non-conforme : les services de l’Etat ont mené des recherches de fraudes alimentaires à La Réunion. Explications.

Dans un communiqué publié ce mercredi 11 août, la préfecture de La Réunion, fait le bilan de plusieurs mois de recherches de fraudes sur des aliments vendus à La Réunion.

Ces fraudes trompent le consommateur et peuvent aussi avoir des conséquences sur sa santé. Au cours des 18 derniers mois : 450 prélèvements ont été réalisés sur le territoire de La Réunion,  42 non-conformités ont été constatées, et 34 lots ont été retirés du marché.

Des fruits et légumes trop riches en pesticides

Du côté des fruits et légumes, sur 130 prélèvements réalisés, neuf non-conformités ont été relevées après analyses. Elles concernaient : des tomates rondes d’Egypte, des baies de Goji de Chine, des piments verts du Vietnam, des arachides de Chine, et des melons de La Réunion.

Quatre non-conformités visaient des mangues José de La Réunion.

Tous ces produits ont été jugés non-conformes en raison « de teneurs en pesticides dépassant la limite fixée, de la détection de pesticides interdits pour le fruit ou légume ou de la présence d’un contaminant », explique la préfecture. Elle ajoute toutefois que « les niveaux constatés par le laboratoire n’atteignaient pas de seuils dangereux ». Suite à ces analyses, trois lots contrôlés à l’importation ont été détruits ou réexpédiés.

"Les non-conformités concernant les fruits origine Réunion ont donné lieu à des injonctions administratives pour corriger immédiatement les pratiques et à des procès-verbaux pénaux", ajoute la préfecture.

Des additifs dans du poisson, du curcuma et du nectar de goyaviers

Par ailleurs, huit non-conformités liées à la présence d’additifs ou de contaminants ont été révélées dans des produits transformés. Les produits suivants ont été retirés du marché :

  • 2 lots de pulpe de fruits de Madagascar,
  • 1 lot de thon du Vietnam,
  • 1 lot de piment en poudre du Sri Lanka,
  • 1 lot de curcuma d’Inde,
  • 1 lot de curcuma de Madagascar,
  • 2 lots de nectar de goyaviers de La Réunion.

La préfecture annonce que des suites pénales "pour tromperie et falsification sont en cours".

Deux autres non-conformités ont porté sur des conserves de foie gras de canard de La Réunion se traduisant par une teneur en gras excessive et sur des poulets d’Allemagne par une teneur en eau excessive. La commercialisation a été arrêtée pour l’un, l’enquête se poursuit en métropole pour l’autre.

De la vanille de Madagascar impropres à la consommation

Les services de l’Etat ont aussi réalisé quatorze prélèvements ont ciblé la vanille : dix originaires de Madagascar et quatre de La Réunion.

"Tous les prélèvements ont conclu à des non-conformités en raison de taux d’humidité excessifs et des teneurs en vanilline très faibles", précise la préfecture.

S’agissant de vanille de La Réunion, les lots ont été prélevés sur des étals de marché. Les forains avaient acheté de la vanille verte. Ils l’ont échaudée et revendue quasi directement sans passer par les différentes étapes de séchage et de maturation.

Pour la vanille de Madagascar, en plus de ces prélèvements, des lots sont régulièrement saisis à l’importation car visiblement impropres à la consommation.

Ces derniers mois ont également été marqués par des prélèvements dans le cadre d’alertes sur des produits importés. neuf non-conformités ont abouti au retrait et au rappel des produits suivants :

  • 3 lots de graines de sésame d’Inde et 2 de Chine ;
  • 1 lot de cakes sésame et raisins en provenance de Chine ;
  • 1 lot de céréales au sésame ;
  • 2 lots de poudre de céréales en provenance de Hong-Kong.