Piton de la Fournaise : aucune hypothèse n’est à exclure dans les prochains jours

le piton de la fournaise
Piton de la Fournaise volcan 290918
©OVPF/IPGP
L’éruption du Piton de la Fournaise va-t-elle s’arrêter ou se ré-intensifier ? De nouvelles fissures s’ouvriront-elles en aval du site éruptif actuel ? Toutes les hypothèses sont possibles annonce ce dimanche l’Observatoire volcanique du Piton de la Fournaise.
 
Entré en éruption le 15 septembre dernier, le Piton de la Fournaise est décidément plein de surprises. Alors que la 4ème éruption de l’année semble se dérouler plutôt calmement, les projections de lave n’étant plus visibles depuis plusieurs jours et l’intensité de l’éruption semblant faiblir chaque jour, le volcan plonge aujourd’hui les scientifiques dans le doute.

Au vu des derniers relevés de l’Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise, le colosse semble désormais imprévisible. Arrêt de l’éruption, ré-intensification ou encore apparition de nouvelles fissures en aval de l’actuel site éruptif, toutes les hypothèses semblent permises.
 

La décroissance entamée ?


Malgré une nette augmentation relevée depuis le 3 octobre à 22h, l’intensité du trémor volcanique est de nouveau en baisse depuis 2 jours. Cela témoignerait d’une fermeture progressive du conduit d’alimentation et du cône.

L’activité en surface semble donc débuter sa décroissance. En effet, des bouffées de gaz, généralement observées lorsque la quantité de gaz disponible s’épuise, ont été enregistrées au niveau du site éruptif. Elles marquent ainsi un changement de régime dans le dégazage de l’éruption.
 
Piton de la fournaise volcan dégazage 071018
©OVPF/IPGP
 

Une autre éruption est-elle possible ?


Si en surface, l’intensité de l’éruption semble faiblir, plus en profondeur des signes laissent présager d’une reprise, voire espérer une nouvelle éruption. L’inflation de l’édifice est toujours perceptible et témoigne de la présence d’une source de pression à l’aplomb du volcan.

Les scientifiques évoquent ainsi une mise en pression d’une source localisée sous les cratères sommitaux, à 1 ou 1,5 km de profondeur, au niveau du réservoir superficiel. Cela témoignerait alors d’une réalimentation de ce réservoir superficiel par du magma plus profond. De nouvelles fissures éruptives pourraient même s’ouvrir plus en aval de l’évent actuel.
 

Incertitude


Deux tendances donc, qui pour l’heure plongent les volcanologues dans le doute. Contraints d’attendre l’évolution de l’une et de l’autre pour s’engager, ils n’écartent pour l’heure aucune hypothèse. La 4ème éruption du Piton de la Fournaise va-t-elle s’arrêtée ? Va-t-elle se ré-intensifier ? Une nouvelle éruption fera-t-elle son apparition ? Trop tôt pour le dire.

Pour l’heure, les flux de lave devenus très faibles en surface, s’écoulent toujours en tunnels. Un dégazage est particulièrement bien visible le long de leur cheminement, depuis l’évent éruptif jusqu’au front de coulée.