Saint-André : rassemblement en soutien aux deux "anti-pass" qui seront jugés mercredi pour insultes

faits divers
Rassemblement anti-pass devant le commissariat
Rassemblement anti-pass devant le commissariat ©Réunion la 1ère
Une quarantaine de personnes était regroupée ce lundi 9 août devant le commissariat de Saint-André. Elles sont venues protester contre la garde à vue de deux hommes. La justice leur reproche d'être entrés de force dans un centre de vaccination de la commune. Ils seront jugés mercredi pour insultes.

Ce lundi matin, un rassemblement d'une quarantaine de personnes avait lieu devant le commissariat de Saint-André. Elles sont venues soutenir Pascal et Teddy. Hier, dimanche 8 août, les deux hommes se sont rendus dans un centre de vaccination anti-covid installés dans l'ancien commissariat de Saint-André.

 

"Des lanceurs d'alerte"

Pour leurs soutiens, les deux hommes, pères de famille, ne sont pas violents. Ils les définissent même comme des lanceurs d'alerte. "C'est de la sensibilisation car la population est mal informée" explique l'un des manifestants.

"La garde à vue est disproportionnée, selon l'avocat des deux hommes, Maître Alex Vardin. Les esprits se sont un peu échauffés. Mais sur les réseaux sociaux, on voit des choses bien plus violentes..." Sur la vidéo qui circule sur internet, l'avocat évoque un moment de tension entre les responsables du centre de vaccination et les "anti-pass", mais pas d'acte de violence.

Les deux hommes sont ce soir toujours en garde à vue au commissariat de Saint-André. Ils vont être déférés devant le parquet demain mardi et jugés en comparution immédiate mercredi.

Regardez le reportage de Réunion la 1ère sur place :

Regroupement contre la garde à vue de 2 personnes à Saint-André

 

Une vidéo du service de réa... Qui est, en fait, le service de dialyse

Ce defèrement ne prend pas en compte la vidéo tournée au CHU de Bellepierre. En effet, les deux hommes faisaient également partie du groupe qui est entré en fin de semaine dernière à l'hôpital pour filmer le service de réanimation. Sur leur vidéo d'un peu plus d'une minute, on peut voir des lits d'hôpital vides. Ils ont voulu prouver par là que le Covid19 n'existe pas et que le service de réanimation est loin d'être submergé.

Si cette vidéo a bien été tournée au CHU de Bellepierre, en revanche, ce n'est pas l'unité Covid qui est filmée, ni le service de réanimation, contrairement à ce qui été écrit par les auteurs. L'unité qui apparaît est en fait... une unité de dialyse ! Le service accueille des patients en ambulatoire, dont les reins ne fonctionnent plus, et qui, grâce à la machine (de dialyse), peuvent filtrer leur sang. Dans cette vidéo, des machines sont visibles, les fenêtres peuvent s'ouvrir et il y a des télévisions aux murs. Il est donc normal qu'il n'y ait pas de respirateurs artificiels, ni de lits médicalisés.

Depuis, la vidéo a été supprimée sur les réseaux sociaux par les auteurs. Et le CHU a condamné avec fermeté ces tentatives d’intrusion.