Réunion-Maurice : un commissaire mauricien entendu sur un trafic de drogue démantelé en 2016

trafic de drogue
Mario Nobin, commissaire de l'île Maurice, entendu sur un trafic de drogue Novembre 2020
Mario Nobin, commissaire des prisons et anciens patrons des policiers de l'île Maurice, va être entendu concernant le trafic de drogue démantelé en 2016 à La Réunion. Les 42,3 kg d'héroïne et les 6kg de cannabis devaient être vendus sur l'île sœur ©Capture d'écran Top-FM
L'ancien commissaire de police, devenu commissaire des prisons de l'île Maurice, Mario Nobin, entendu au sujet d'une possible complicité dans un trafic d'héroïne entre La Réunion et l'île Maurice. Le trafiquant avait été interpellé à Sainte-Rose avec 46 kg d'héroïne en septembre 2016. 
Mario Nobin est l'une des figures importantes de la police à l'île Maurice, l'ancien commissaire de police, devenu commissaire des prisons de l'île sœur doit être interrogé prochainement au sujet de sa supposée intervention en faveur de Mike Brasse. Le trafiquant de drogue a été interpellé dans la nuit du 10 au 11 novembre 2016 à La Réunion. Il tentait de prendre la mer à Sainte-Rose avec 42,3 kg d'héroïne et 6 kilos de cannabis. 

Karl-Mario Nobin, le commissaire de police, aurait facilité le voyage de Mike Brasse en l'aidant à obtenir un passeport temporaire. Selon Le Mauricien, des appels en provenance du bureau de l'ancien patron des forces de l'ordre, ont été donnés pour permettre au dealer d'obtenir un nouveau laisser passer. Le commissaire se serait personnellement impliqué. Une démarche pourtant très surveillée. Le 23 avril 2012 une circulaire limitait les interventions policières au profit d'un tiers, en cas de perte de passeport.
 

Mis en cause par deux assistants


Cette suspicion oblige les autorités judiciaires à l'entendre. Les réponses du commissaire suffiront-elles à lever les derniers doutes ? Ce dossier doit être éclairci de toute urgence pour la crédibilité des policiers, de la justice et des politiques mauriciens. Il n'est pas permis de laisser la rumeur s'amplifier. Elle abîme l'autorité et les dégâts seront très difficiles à effacer.

Cette audition est , donc,très attendue. L'assistant du commissaire de police (ACP), à l'époque, Vinod Domah, a directement mis en cause Nobin comme l'écrivait L'Express de Maurice le 17 mai 2019. Une version renforcée par l'audition de l’assistant du surintendant de police (ASP) Narendra Boodhram responsable du service : "Passport and Immigration Office (PIO)"
 

Une famille de l'Etang-Salé complice du trafiquant


Pour mémoire cette affaire explosive serait passée inaperçue, sans une avarie survenue sur l'Ilôt-Gabriel, le hors-bord de Mike Brasse. Le Mauricien de 45 ans avait acheté 100 000 euros les 42,3 kg d'héroïne et les 6 kg de cannabis. Selon sa version des faits, la transaction a eu lieu au mois d'octobre 2016, juste avant de tomber en panne et de devoir appeler le CROSS Réunion pour être remorqué au port de la Pointe-des-Galets. 

Avant de laisser son embarcation, Mike Brasse avait contacté une amie domiciliée à l'Etang-Salé. C'est d'ailleurs chez elle qu'il avait caché sa marchandise. Elle était informée du contenu des sacs de sport. Quand enfin, il est de retour à Sainte-Rose sur un nouveau bateau dans la nuit du 10 au 11 novembre 2016, il donne rendez-vous à ses complices. La mère de famille et ses enfants sont interpellés au point de rencontre avec la drogue.
 

1,7 millions d'euros de drogue


Les douanes estiment que cette marchandise vaut, en 2016, 1,7 millions d'euros. Une somme qui explique la facilité avec laquelle le trafiquant trouve des complices.
L'ancien commissaire de police, était-il l'un d'eux ? La question attend sa réponse. Il est convoqué prochainement devant le "Central Investigation Division (CID)" révèle Le Mauricien.