NRL : à quoi faut-il s’attendre une semaine après le début de la grogne des transporteurs ?

travaux publics saint-denis
Les transporteurs campent devant les bureaux de la Région Réunion depuis le 21 juillet.
Les transporteurs campent devant les bureaux de la Région Réunion depuis le 21 juillet. ©Willy Thevenin
Depuis mardi dernier, des transporteurs campent devant la Région Réunion, à Saint-Denis, pour réclamer la reprise du chantier de la Nouvelle Route du Littoral. Ce lundi 27 juillet, une nouvelle semaine de conflit commence avec plusieurs rendez-vous importants. Le point ici.
Obtiendront-ils gain de cause ? Les transporteurs campent devant les bureaux de la Région Réunion, à Saint-Denis, depuis mardi dernier. Ils y ont installé un véritable campement avec des chaises, des tables et même des sanitaires. Une dizaine de camions sont sur place.

Les transporteurs réclament la reprise du chantier de la Nouvelle Route du Littoral, et un entretien avec le président de Région. Ils n’ont pas transporté d’andains sur le chantier depuis un mois. La semaine dernière, ils ont mené plusieurs opérations escargots dans l’île. "Nous enlèverons nos camions quand une solution aura été trouvée pour la poursuite du chantier", affirme Jean-Gaël Rivière, président de la FNTR, pour qui cette route doit se finir absolument dans "l’intérêt général"

De son côté, Didier Robert qualifie ce "blocage de la Région" de "chantage" et de "pression". Plusieurs rendez-vous importants sont prévus dans les jours qui viennent.

Regardez les précisions de Réunion La 1ère :
NRL au ralenti, les transporteurs restent mobilisés
 

Une procédure de référé

Face à l'action des transporteurs, la Région Réunion a engagé une procédure de référé, mardi dernier. Elle sera examinée ce mardi 28 juillet par le Tribunal de Grande instance de Saint-Denis. Selon les transporteurs, il n’y a pas eu d’entrave à l’accès des salariés aux bureaux de la Région. Pour Didier Robert, "le dialogue pourra être rouvert à la condition expresse que toute forme d'entrave soit levée immédiatement". Les employés de La Réunion sont actuellement en télétravail. 
 

Une réunion entre Région, Etat et groupement

Autre rendez-vous à venir, une réunion entre les différents acteurs du chantier de la Nouvelle Route du Littoral : la collectivité, l’Etat et le groupement. Cette rencontre déterminante pour la suite du chantier devrait avoir lieu mercredi ou jeudi prochain.
 
Les transporteurs à la Région.
Les transporteurs sont toujours devant la Région. ©Géraldine Blandin
 

Les raisons de la colère

D’ici là, les transporteurs ont l’intention de maintenir la pression sur la Région pour qu’elle s'engage à reprendre le chantier de la digue de la Nouvelle Route du Littoral. Pour Didier Robert, cela est impossible tant que "la collectivité, le groupement et l'Etat ne se seront pas assis autour d'une table pour discuter".

La Région et le groupement GTOI, SBTPC et VINCI, sont en conflit sur le financement de la suite du chantier. Pour la Région Réunion, le groupement est responsable de l’arrêt du chantier. Elle refuse de prendre en charge la rallonge financière que le groupement demande pour poursuivre le chantier.
Depuis le 21 octobre 2019, le groupement n’est plus autorisé à poursuivre les travaux du marché MT 5.2, par décision de la Région Réunion. Le groupement rappelle s’être engagé à achever la réalisation des 2,7 km de digue. L’accord prévoit la réalisation de 500 mètres de digue à partir d’andains, dans l’attente d’une solution d’approvisionnement pérenne. Au-delà du stock d’andains prévu pour les 500 premiers mètres de digue, cet accord ne prévoit pas de solution d’approvisionnement sur du long terme.
 

La Région dénonce "la manipulation et les mensonges du Groupement"

L’avenir du chantier de la NRL est désormais suspendu à cette rencontre, prévue cette semaine, entre la Région, l’Etat et le groupement. Si elle a lieu, elle promet d'être tendue. Ce lundi 27 juillet, un communiqué de la Région risque encore d'accentuer les tensions. La Région Réunion dénonce "la manipulation et les mensonges du Groupement". La collectivité considère "que l’arrêt du chantier est de l’entière responsabilité du Groupement Colas et Vinci Construction". Elle estime que le communiqué du 24 juillet du "Groupement Colas / Vinci Construction présente à la population et aux différents acteurs économiques de ce chantier, une situation qui ne correspond pas à la réalité". La Collectivité affirme que "plusieurs faits s’apparentent à des contre vérités et à des mensonges". La Région précise "qu’elle reste à disposition du Groupement, pour définir les modalités d’un avenant conforme aux règles de la commande publique qui s’appliquent bien à ce marché". "La Région mettra tout en œuvre pour l’achèvement complet de la Nouvelle route du littoral dans un calendrier et un budget resserrés", conclut la collectivité.
 

Quelles solutions ?

Si aucun accord n’est trouvé cette semaine, que va-t-il se passer ? Pour Dominique Fournel, le vice-président de La Région, sans accord, "la seule solution pour sortir de l’impasse sera la résiliation du marché". Cette issue amènerait la collectivité à lancer un nouvel appel d’offres, et prendrait donc encore près de six mois. "Cela n’est pas souhaité par le président de Région", affirme Dominique Fournel. Selon lui, Didier Robert espère arriver à "une conciliation et un accord définitif sur la réalisation de ce chantier".
 
Transporteurs : Opération escargot du Moufia (Région) à la Préfecture
Transporteurs : Opération escargot du Moufia (Région) à la Préfecture ©Willy Fontaine