Saint-Denis : les auteurs de l'expédition punitive à Vauban condamnés jusqu'à deux ans de prison ferme

justice saint-denis
Bagarre bas de la riviere
Une bagarre a éclaté dans le quartier du Bas de la Rivière, à Saint-Denis. ©Nathalie Rougeau

Ce vendredi 26 février, neuf Dionysiens ont été condamnés pour avoir participé à une expédition punitive le 6 juin dernier dans le quartier de Vauban. Ils s’en étaient violemment pris à un proche du meurtrier présumé de leur ami Guillaume Cuvelier, dit Ti Guy.

Les magistrats du tribunal correctionnel se sont penchés ce vendredi 26 février sur une affaire d’expédition punitive remontant au 6 juin, l’année dernière. Ce jour-là, le jeune Guillaume Cuvelier, surnommé Ti Guy, a été tué de plusieurs coups de couteau dans le quartier du Bas-de-la-Rivière à la suite d’une dispute.

Jusqu'à deux ans de prison ferme

Ce vendredi, neuf Dionysiens ont été condamnés. Un seul des prévenus a été écroué, condamné à trois ans de prison, dont deux ans ferme. Il s’agit de l’auteur principal des violences. Un autre homme écope d’une peine de trois ans assortie totalement d’un sursis. Les autres dyonisiens ont été condamnés à des peines mixtes, mais sans mandat de dépôt.

Le parquet de Saint-Denis avait requis à leur encontre des peines mixtes allant de trois à quatre ans de prison, avec mandat de dépôt pour la partie ferme.

Coup de filet des policiers mardi dernier

En juin dernier, persuadés que Jordan D n’avait pas agi seul, les dalons de la victime avaient pris la direction du quartier Vauban, dans un parking de la rue Léon-Dierx, pour passer à tabac le soi-disant complice âgé d’une trentaine d’années. Ce proche de l’auteur présumé des faits avait ensuite été séquestré dans le coffre d’une voiture avant d’être jeté devant les portes du commissariat Malartic. 

Grâce à des images de vidéo-surveillance, les enquêteurs de la Sûreté départementale ont pu remonter jusqu’aux auteurs de cette expédition punitive qui ont été interpellés et placés en garde à vue ce mardi 23 février. C’est à l’issue de cette garde à vue que les neuf individus étaient jugés cet après-midi au tribunal correctionnel de Saint-Denis pour des faits de violences aggravées dans le cadre de la procédure de comparution immédiate.