Un plan d’action pour lutter contre la vie chère et les risques de pénurie à La Réunion

consommation
grande surface, prix, La Réunion
©Imaz Press
Lutter contre la vie chère, renforcer la sécurité d’approvisionnement et assurer la transparence des prix sont les objectifs du plan en 3 volets élaboré par l’Etat. Il a été présenté ce mercredi 1er septembre aux membres de l’OPMR.

Face à la hausse du coût du fret maritime et des matières premières, le préfet de La Réunion a présenté son plan d’action pour lutter contre la vie chère et les risques de pénurie. Jacques Billant souhaite ainsi répondre aux inquiétudes des acteurs économiques et des consommateurs.

Vendredi dernier, une conférence économique a réuni les acteurs économiques de l’île pour faire le point sur la situation et trouver des solutions. Ce mercredi matin, sept parlementaires réunionnais ont adressé un courrier aux ministres de l’Economie et des Outre-mer pour demander le soutien de l’Etat.

Un plan d’action en 3 volets

Le préfet de la Réunion a réuni ce les membres et citoyens de l’OPMR, l’Observatoire des Prix, des Marges et des Revenus pour détailler son plan en 3 volets.

Pour assurer la transparence des prix, un baromètre des prix portant sur une liste de produits particulièrement emblématiques pour le territoire sera mis en place, avec l’appui d’un organisme indépendant. Il concernera le BTP, les fruits et légumes et la grande distribution.

Le préfet veut aussi renforcer la sécurité de l’approvisionnement en maîtrisant les coûts et en optimisant la fluidité logistique du Grand port maritime.

Enfin pour lutter contre la vie chère des mesures sont mises en place :

  • Le blocage du prix global maximum du BQP
  • L’information obligatoire de l’Etat pour toute demande de hausse de prix de la part des fournisseurs
  • La mise en place d’un accord interprofessionnel sur l’alimentation animale du 31 août 2021.

Le plan d’action pourra être enrichi

Le plan d’action prévoit d’autres mesures fortes, telles que la possibilité de réglementer les prix de certains produits au besoin. Il pourra être enrichi par les propositions de la population et des acteurs économiques locaux, indiquent les autorités.