publicité

Violences urbaines au Port: un policier bientôt jugé devant la cour criminelle

La décision est tombée ce matin. Un des policiers de la BAC du Port poursuivi pour violences involontaires ayant entraîné une infirmité permanente sera jugé devant la cour criminelle

© Réunion 1ère
© Réunion 1ère
  • A.G et E.A.
  • Publié le , mis à jour le
La Cour d'appel de Saint-Denis a donc rendu son délibéré dans l'affaire de Steve, un jeune homme qui a perdu l'usage de son oeil lors des émeutes de 2014: un policier du Port  sera bientôt jugé devant la cour criminelle.

Ce fonctionnaire de police est accusé de violence volontaire ayant entraîné une mutilation. En février 2014, alors que La Réunion vivait au rythmes des violences urbaines, un adolescent de 16 ans avait perdu l’usage d’un œil après un tir de flashball. La victime, un lycéen de 1ère S sans antécédents judiciaires avait reçu une balle en caoutchouc dans le visage. Il avait nous raconté cette nuit de cauchemar:A l'époque, l’enquête de la police des polices avait conclu à la responsabilité du policier. Mais ce membre de la BAC (Brigade anti-criminalité) du Port avait contesté son renvoi devant la cour d’assises. Ce matin, la chambre de l’instruction a toutefois décidé de faire juger le fonctionnaire.

Son procès aura lieu devant la cour criminelle, une nouvelle juridiction à mi-chemin entre la Cour d’assises et le tribunal correctionnel.

C'est la première fois à La Réunion qu'un membre des forces de l'ordre est renvoyé devant cette nouvelle juridiction. Elle est expérimentée dans sept départements, dont La Réunion, à partir du 1er septembre 2019, dans le cadre de la réforme de la Justice votée en février. Cette cour est composée de cinq magistrats qui jugeront des crimes punis de 15 à 20 ans de prison.

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play