Le gratte-cul, un petit fruit aux multiples vertus

Le gratte-cul est un fruit sauvage que l'on retrouve dans de nombreux coins de France métropolitaine, mais aussi à Saint-Pierre et Miquelon.

© Licence Creative Commons - Faniensis
© Licence Creative Commons - Faniensis
  • Par Anne-Laure Martinot
  • Publié le , mis à jour le
Connaissez vous les gratte-culs, appelés aussi les cynorhodons, fruits de l’églantier ou rosiers sauvage ? Qu'il s'agisse du chemin des roses à Miquelon, des alentours de l'étang du Pont Bouleau à Saint-Pierre, de l'île aux Marins ou de votre jardin, l'églantier se retrouve à peu près partout sur l'archipel de Saint-Pierre et Miquelon. 
 

Des batailles d'enfants à l'assiette


Quel enfant originaire de l'archipel ne s'est pas fait un jour embarquer dans une bataille de "tomates" de rosiers sauvages. Une fois arrivés à maturité, ces petits fruits rouges orangés font le plaisir des enfants quand ils n'ont pas encore été recoltés. 

À lire aussi : Le homard de Saint-Pierre-et-Miquelon s’exporte à Paris

Pourtant, les gratte-culs sont de petits fruits sauvages comestibles dont les connaisseurs raffolent. Les baies d'églantier sont sources de vitamines et sont d'ailleurs bien plus riches en vitamine C que les agrumes. Privés d'oranges après la Seconde Guerre mondiale, les Anglais en auraient alors découvert les vertus.
 

Il atteint sa maturité au cœur de l'automne


Pendant l'automne, les fruits de l'églantier se ramollissent et prennent la couleur rouge orangé tant attendue pour enfin être récoltés et cuisinés.

En confiture comme en chutney, il accompagneront parfaitement vos petits-déjeuners tout comme vos plateaux de fromages. Il se marieront aussi très bien avec certaines viandes, et avec les coquilles saint-Jacques ou encore les crevettes.

Découvrez la recette de chutney de Nathalie Goupillière.
présenté par