Henriette Bonin, une femme engagée qui a marqué l'histoire de l'enseignement à Saint-Pierre et Miquelon

Henriette Bonin a été enseignante à Saint-Pierre et à Miquelon avant de devenir directrice de l’école des filles.

© Image d'archives
© Image d'archives
  • Mathias Drake
  • Publié le

Après l’obtention de son brevet élémentaire en 1915, Henriette Gravé devient enseignante à Miquelon. À l'âge de 22 ans, elle épouse Marcel Bonin. Gaulliste assumée, elle refuse de se plier aux directives du maréchal Pétain et restera suspendue jusqu’à l’arrivée des forces françaises libres en 1941.

À lire aussi : Edmond Fontaine, un passionné de l'histoire de Saint-Pierre et Miquelon

Enseignante de français et d’histoire, elle deviendra finalement directrice de l’école des filles. En 1965, elle assistera Edmond Fontaine dans l’inauguration du premier musée consacré à l’histoire de l'archipel.

À lire aussi : L'école Henriette Bonin de Saint-Pierre va fermer ses portes

Sa fille Alice Reux fera partie des 57 femmes engagées dans les forces françaises libre avant de devenir enseignante puis directrice d’école, comme sa mère. Henriette Bonin décède en 1985 quelques mois après la publication du livre Caniques et Boules de Ramequin. Son nom est donné à une école primaire de Saint-Pierre en 1986.

Son portrait signé Alexandra Hernandez.

 

présenté par
vos programmes tv