outre-mer
territoire

Saisie record, addiction terrible, prix élevés : comment l'Ice envahit la Polynésie ?

drogue
Une saisie d'Ice en Polynésie en 2006 (image d'illustration).
Une saisie d'Ice en Polynésie en 2006 (image d'illustration). ©DOUANES FRANCAISES / AFP
Plus de 43 kg d’Ice sont arrivés en Polynésie depuis le début de l'année. Une saisie record de 21 kilos a même eu lieu le 1er octobre dernier. Comment cette poudre blanche, qui provoque une addiction terrible et qui se vend jusqu'à 1 400 euros le gramme, envahit la Polynésie ?
Ses effets sont plus puissants que le crack et la cocaïne. Elle développe une addiction terrible et sa consommation est un danger pour la santé. De la famille des métanphétamines, l'Ice est une drogue de synthèse qui envahit la Polynésie depuis une dizaine d'années. Plus de 43 kilos de cette poudre blanche ont été saisis sur le territoire depuis janvier.
 

#Multiplication des saisies

Depuis plusieurs semaines, les affaires de saisies d'Ice se multiplient en Polynésie. Début octobre, plus de 21 kg de cette drogue addictive et particulièrement destructrice ont été interceptés par les douanes. Une quarantaine de personnes impliquées à des degrés divers dans ces trafics ont été interpellées. Parmi elle, des guides touristiques qui utilisaient leurs clients lors de voyages pour dissimuler de l'Ice dans leurs bagages, sur des vols commerciaux, entre Los Angeles et Tahiti.

Fabriquée aux Etats-Unis, cette drogue de synthèse est souvent cachée dans des valises ou des déshumidificateurs, mais pas seulement. En juin dernier, deux personnes ont dissimulé de l'Ice dans leur rectum. Ce couple a été arrêté à l'aéroport de Tahiti avec une douzaine de boulettes chacun, soit 300 grammes au total.

ice
Les saisies d'Ice se multiplient en Polynésie. ©DOUANES FRANCAISES / AFP

#Un réseau depuis les Etats-Unis

Les réseaux opèrent surtout entre les Etats-Unis et la Polynésie. Selon le procureur de la République, Hervé Leroy, "plus de 43 kg d’Ice sont arrivés en Polynésie depuis le début de l’année pour une valeur marchande de 4 milliards de francs pacifique" (soit près de 33,5 millions d'euros, ndlr).

Il y a une "organisation structurée d'importation d'Ice sur le territoire", reconnaît le procureur qui estime que le profil des personnes qui vendent de l’Ice en Polynésie n’est pas uniforme. En septembre dernier, un ancien huissier de Moorea a notamment été mis en examen pour trafic d'Ice. "Il n’y a pas de profil type, il y a des trafiquants qui sont parfaitement insérés dans la société, explique Hervé Leroy. Vous avez aussi des personnes désargentées sur le territoire et qui profitent d’une occasion pour se livrer à la revente de stupéfiants. Enfin, il y a des personnes parfaitement organisées qui créent un réseau d’import et de revente de stupéfiants sur l’île de Tahiti en particulier". (Regardez ci-dessous l'interview du procureur sur Polynésie 1ère). 

Hervé Leroy : Plus de 43 kg d’Ice sont arrivés en Polynésie depuis le début de l’année pour une valeur marchande de 4 milliards de francs

#Un trafic qui rapporte

Quoiqu'il en soit, le trafic d'Ice rapporte gros, car cette poudre blanche coûte très chère. Elle peut se vendre jusqu'à 170 000 francs pacifique le gramme, soit 1 400 euros.

"Les gens prennent de plus en plus de risque, étant donné le bénéfice qu'ils peuvent en tirer", affirme le docteur Marie-Françoise Brugiroux. Médecin chef du Centre de consultations spécialisées en alcoologie et toxicomanie de Papeete, elle met en garde contre les effets particulièrement dangereux de cette drogue.

ice
©POLYNESIE 1ERE

#Des effets dévastateurs

Cristalline, sans odeur, l'Ice est aussi appelée "pervitine" en République Tchèque, "yaa baa" en Asie du Sud-Est, ou encore "crystal meth". Dérivée de la méthamphétamine, elle peut être fumée, sniffée ou injectée. La poudre peut aussi être compressée sous forme de comprimés.

"C'est un produit extrêmement stimulant et qui a un gros pouvoir addictogène", explique Marie-Françoise Brugiroux. Une seule bouffée suffit pour procurer un sentiment d’euphorie, associé à une forte excitation sexuelle qui peut durer plus de huit heures. Il s’en suit une "descente" infernale, avec anxiété, hallucinations, agressivité, comportements violents, paranoïa, voir même des envies de suicide.

La consommation d'Ice provoque aussi des effets dévastateurs : altération de la circulation sanguine et du rythme cardiaque, troubles cardio-vasculaires, lésions irréversibles des organes comme les reins ou le foie, et autres lésions cérébrales. (Regardez ci-dessous l'interview du docteur Marie-François Brugiroux).

Ice = danger de mort

#Une drogue qui se banalise

Si l'Ice fait davantage parler d'elle ces dernières années, elle n'est pas une invention récente. Très populaire au Japon, les premiers laboratoires clandestins de fabrication d'Ice sont apparus dans les années 1920. Aux Etats-Unis, l'Ice débarque à la fin des années 1990. Elle s'est ensuite répandue en Asie du Sud-Est, notamment en Thaïlande, puis dans la région du Pacifique, en Australie et en Nouvelle-Zélande, où les saisies ont explosé ces dernières années.

En Polynésie, le docteur Marie-Françoise Brugiroux a traité les premiers cas de consommation d'Ice il y a une dizaine d'années. Ils étaient alors envoyés par la justice. Ces dernières semaines, elle reçoit des gens "qui viennent d'eux-mêmes consulter".

Selon elle, l'Ice est devenue une "drogue banale que l'on peut se procurer facilement". "C'est une drogue qui touche tout le monde, à tous les niveaux sociaux. Elle touche des gens qui ont les moyens de se l'acheter, et aussi des jeunes et des moins jeunes de milieux défavorisés, mais qui entrent dans le trafic pour pouvoir se l'acheter", affirme-t-elle.

Publicité